S’améliorer en langue étrangère en quelques points

l

Parler une langue étrangère est à la fois un plaisir, une ouverture sur la culture de l’autre mais également une nécessité dans le monde professionnel, aussi j’ai décidé de vous présenter quelques petits conseils pour s’améliorer dans ce domaine si peu exploité par les français.

Avant toute chose, il convient de se rappeler que :

-> On ne s’améliore pas du jour au lendemain, il est important de pratiquer de façon régulière

-> Il est primordial de procéder par étapes, c’est en commençant par de petits pas qu’on en fait de géants.

 

Conseil n°1 : Ne pas négliger l’école

Voici probablement le conseil le plus ennuyant qui soit mais c’est aussi, à la fois, le plus logique, le plus facile et le plus efficace à mettre en œuvre. Je suis parfaitement au courant que les cours ne sont pas l’endroit où l’on passe les meilleurs instants, et que les devoirs sont énervants, mais ne les mettez pas de côté et efforcez-vous de les faire ! Certes, beaucoup sont inutiles, mais ils vous permettent de pratiquer tout en vous transmettant les bases nécessaires à votre éducation linguistique. Sans ces bases, il est bien difficile d’approfondir par vous-même. C’est souvent au début que tout se joue.

Mais, comme rien n’est jamais déterminé, il est possible de retourner suivre des cours lorsque nous sommes un peu plus avancés dans notre vie. Il existe, en effet, de nombreux cours du soir ou cours en ligne (e-learning) qui se développent de plus en plus afin d’offrir un enseignement encadré à ceux qui en ont besoin. Généralement, dans ce type d’organisme, les participants y mettent bien plus de volonté et de bon vouloir qu’au collège ou lycée, ce qui peut en intéresser plus d’un.

 

Conseil n°2 : Habituer son oreille

Une langue étrangère a pour principale fonction d’être parlée et comprise (le mot « langue » est tout de même un indice), et pour cela il est nécessaire de s’habituer à l’entendre, que cela se fasse par le biais du visuel lié à l’oral ou uniquement par celui de l’oral.

Dans le premier cas, il est fait référence aux films et séries en langue originale auxquels vont être appliqués des sous-titres, et le facteur étape apparait : dans un premier temps je vous conseille de regarder votre film avec les sous-titres en français, puis en langue étrangère, pour finir par ne plus en utiliser.   

Dans le second, il est principalement question de l’écoute d’émissions de radio, de podcasts et surtout de chansons. Les moyens de travailler dessus sont très variés :  chanson à trou, lire les paroles en écoutant, lire les paroles pour en comprendre le sens puis écouter pour vérifier, écouter puis vérifier les paroles.. A nouveau, cela se fait dans une logique d’étapes.  

L’intérêt de tels écoutes et visionnages repose sur la multiplicité des sons et des diversités de prononciation : n’hésitez pas à écouter des chansons ou regarder des séries (pour la langue anglaise) américaine, australienne, irlandaise, écossaise… afin d’être confronté à une multiplicité d’accents.

 

Conseil n° 3 : Approfondir la lecture et l’écriture 

Si une langue a pour fonction principale d’être parlée, il n’en demeure pas moins que sans être due et écrite, son usage demeure bien problématique, aussi est-il primordial de renforcer ses connaissances sur ce plan.

Pour ce qui concerne la lecture, je conseille bien évidemment la lecture de romans, dans un premier temps que vous connaissez déjà (relire un Harry Potter Lewis Caroll ne fait jamais de mal) ou alors découvrir un nouveau roman mais dans la poursuite d’une saga précédemment commencée en français. Mon exemple personnel : le tome 5 de Harry Potter lu en anglais car je ne supportais pas d’attendre plusieurs mois pour la traduction française. Au début, on galère, on comprend un mot sur quatre, mais petit à petit les phrases ont du sens. Je conseille au départ de commencer par des lectures dites faciles, romans destinés à la jeunesse notamment. Vous êtes là pour apprendre et vous améliorer ne l’oubliez pas ! Il n’est pas négligeable de se pencher également sur des journaux, plus ou moins spécialisés selon vos compétences. Cela peut être encouragée afin d’acquérir un vocabulaire professionnel en rapport avec votre domaine d’intervention (économie, informatique, droit…)

L’écriture quand à elle peut être travaillée seule ou, et préférablement, par l’échange avec une autre personne, notamment un correspondant. Internet est merveilleux pour vous trouver des interlocuteurs avec lesquels discuter par écrit (envoi de mail ou même de lettres) ou même à l’oral via Skype. Il vous suffit de vous rendre sur des sites spécialisés tels que PenpalWorld, ou Interpenpal.. Pour ma part j’ai beaucoup trouvé de correspondant japonais ou coréen sur JapanGuide.

Conseil n° 4 : Mettre ses connaissances en pratique

J’ai trois moyens simples et logiques vous permettant de pratiquer une langue étrangère :

-Communiquer avec des connaissances parlant la langue : amis, famille, petit(e) ami(e)  ou même amis virtuels, pourront vous aider pour l’oral, et l’écrit surtout ! Si vous n’en trouvez pas, regardez dans les petites annonces (en ligne, à la fac) : vous pouvez y trouver des propositions d’échange de langue (vous apprenez votre langue à quelqu’un puis celui-ci vous apprend la sienne). C’est très efficace et social !

-Les voyages : si vous en avez la possibilité, voyager est extrêmement efficace pour la pratique d’une langue étrangère, à la condition que vous jouiez le jeu. De toute évidence, vous allez êtes obligés de communiquer dans une autre langue afin de vous faire comprendre (il y a toujours la bonne technique des mimes en cas d’échec complet, mais essayez tout de même avant d’y recourir. N’hésitez pas à sortir et rester ouvert aux autres, les soirées sont très utiles pour ça.

-Mettre de l’anglais dans ses gestes quotidiens : il es question ici d’intégrer l’anglais à votre quotidien, par exemple : régler son téléphone, ipad, ordinateur dans la langue désirée, privilégier ses romans en VO si on est un grand lecteur (car lire de la VO sans être avant tout un lecteur averti peut se révéler rédhibitoire), rechercher des informations sur internet dans cette langue et cela aussi bien pour le plaisir (vidéos youtube an anglais, site web sur les jeux vidéos en allemands…) que pour le travail scolaire ou professionnel (cela permet d’ailleurs d’éviter le plagiat involontaire)

Conseil n°5 : S’aider d’objets, et notamment de livres

-Les post-it sont adorablement utiles pour désigner des objets ou laisser de petites notes afin de  s’entrainer à reconnaitre divers mots du vocabulaire de la vie quotidienne.

-Un petit carnet peut être utile pour le vocabulaire précis, cela fait très scolaire certes, mais c’est tellement pratique à partir du moment où un réel travail de recherche a été accompli.

-Certains livres qui aident : comment ne pas mentionner l’indispensable dictionnaire ? Et je parle ici du dictionnaire papier et non électronique car tout l’intérêt est de stimuler votre cerveau ce qui se fera plus aisément en cherchant manuellement vos mots dans votre ouvrage puisque vous prenez du temps pour cela et faites un effort, ce qui porte à conséquences.  

D’autres livres peuvent également intervenir en soutien comme les guides, et méthodes d’apprentissage qui se révèlent très utiles pour peu que l’on soit consciencieux. Les personnes ayant du mal à se forcer à travailler ou nécessitant des cadres doivent  éventuellement y préférer les cours avec un professeur comme mentionnés dans le conseil N°1.

Mes petits conseils sont à présents terminés, n’oubliez pas que vos meilleures armes sont la volonté et la pratique.

 Pour ceux préférant la version vidéo de cette discussion, la voici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *