Pourquoi voyager en Israël et Palestine ?

massada lever du soleil

En cette année 2016, une envie de Moyen-Orient s’est imposée à moi. Cela faisait un certain temps que l’idée me trottait dans la tête, mais c’est il y a seulement quelques semaines que le déclic s’est fait. Ni une ni deux, j’ai pris la décision de partir voyager en Israël et en Palestine. Cela peut étonner au vu de la situation tendue de cette zone, mais plutôt que de mettre l’accent sur cet unique aspect, j’ai envie de vous expliquer pourquoi j’y suis allée, et partager les raisons pour lesquelles je vous recommande cette destination.

Un petit avant propos que je préfèrerais ne pas avoir à faire mais qui est indispensable. Je ne fais pas de politique sur internet. Vous n’en trouverez pas sur ce blog, au sein de mes vidéos, ou même sur mes réseaux sociaux. Je fais passer des messages de paix, d’ouverture et de tolérance mais je ne me permettrais jamais de me mêler de la politique d’un pays et encore moins d’un pays qui n’est pas le mien. Ce n’est ni ma place, ni ma compétence. J’adore la géopolitique, je l’ai d’ailleurs étudiée plusieurs années, mais je préfère parler des pays, leurs habitants et leurs cultures de façon plus terre-à-terre et plus personnelle que par des discours idéologiques.

Je ne voyage pas pour donner des leçons de savoir vivre et de démocratie aux  pays étrangers. Le droit d’ingérence ne sera jamais prôné ici et le mythe du gentil homme blanc qui vient aider les pauvres populations trop bêtes pour se libérer elles-mêmes n’a pas sa place sur ce blog. C’est un discours passéiste et dangereux. Apporter son aide est entièrement différent de décider pour les autres. Juger une population aux actions de son gouvernement n’est pas acceptable. Je détesterais que l’on me juge par rapport à la politique de l’actuel (et même du précédent d’ailleurs) gouvernement français, alors je ne le fais pas aux autres. Et surtout je ne les punis pas (notamment économiquement car c’est par ce biais que je peux aider des populations à ma minuscule échelle) pour des politiques gouvernementales que je désapprouve, bien que ça ne m’empêche pas de le penser voire de l’exprimer à voix haute. La vie relève, à mon sens, du cas par cas et c’est ainsi que je m’efforce de me comporter au quotidien et également en voyage.

comment appeler la Palestine

Avant de partir, je me suis sérieusement interrogée sur les mots à employer : faut-il dire Palestine, Cisjordanie.. ? On lit beaucoup de mots et tout n’est pas toujours très clair selon l’endroit où l’on se trouve. Faire une bourde n’aurait pas été du plus bel effet et étant également suivie par des plus jeunes je ne tenais pas à propager une fausse expression. En vérité, vous me verrez utiliser aléatoirement les termes de Palestine et territoires palestiniens ainsi que Cisjordanie lorsque je souhaite être plus spécifique. J’emploie à titre personnel le mot « Palestine », mais il faut savoir que la France ne reconnait pas juridiquement la Palestine comme un Etat et parle alors de territoires palestiniens constitués de deux ensembles bien distincts ayant chacun un gouvernement propre : la Cisjordanie (où je me suis rendue) et la bande de Gaza (interdite d’accès aux touristes). Vous ne verrez par exemple pas l’Agence France-Presse parler de Palestine, mais de Cisjordanie et de Gaza. Les guides de voyage que j’ai utilisé (Lonely Planet, Petit fûté) emploient également ces différentes expressions.

Les mots ont leur importance et si juridiquement territoires palestiniens est plus approprié en droit français, vous me verrez plus utiliser le terme de Palestine car, en ce qui me concerne, cela désigne la même chose (oserais-je mentionner le fait que ce soit aussi plus court ?). A ne surtout pas confondre avec les colonies bien évidemment qui relèvent d’un autre sujet que j’aborderai dans mes articles sur Hébron et Bethléem.

voyage en palestine

Deux causes m’ont menée à ce départ, l’une pragmatique et l’autre plus subjective.

flèchePour la cause pragmatique, c’est simple : j’hésitais entre l’Iran et Israël. Les deux pays étant en conflit, il est traditionnellement interdit de se rendre dans l’un si on est allé dans l’autre. Comment les autorités contrôlent-elles cela ? Au faciès ? Non, au passeport : si on possède un passeport israélien ou iranien, on ne peut pas aller dans l’autre pays, et la conséquence est la même (ou du moins ce sera beaucoup plus compliqué) si son passeport a un tampon montrant que l’on est allé dans l’un de ces pays.

Mais une solution (autre que celle de posséder un second passeport dont je vous parlerai prochainement) existe : Israël n’appose plus de tampons sur les passeports depuis plusieurs années, ils donnent un reçu d’entrée et de sortie sous forme de carte volante. De cette façon, aucune trace de sa visite n’est visible sur son passeport. L’Iran continuant de tamponner le passeport, j’ai trouvé cela plus pratique de commencer par Israël avant d’aller en Iran d’ici quelques mois.

Mais bien évidemment la raison principale de ce voyage est avant tout une question d’envie et d’affection.

un lieu d'histoire

Ces terres sont essentielles dans notre histoire commune. Les plus grandes civilisations fondées sur la croyance en l’existence d’un Dieu unique y sont nées. Si les traces les plus anciennes du monothéisme démontreraient qu’il serait apparu en Afrique de l’Est, c’est dans les territoires du Proche-Orient qu’il prend son envol. Et voyez où nous en sommes aujourd’hui, l’influence qu’ont les religions en bien comme en mal. Une grande partie de ce que l’on connait, de la façon dont sont constituées nos sociétés, malgré toutes leurs différences, viennent de cette capacité à croire en quelque chose que l’on n’a jamais vu et à agir en accord avec cette croyance. Et ce n’est pas le plan religieux mais bien historique et social que j’aborde cette question. L’être humain est toujours fasciné par son histoire et ces terres en constituent une infime et récente partie.

Israël et la Palestine représentent un formidable territoire pour les amateurs d’histoire et de culture. Chaque recoin a quelque chose à raconter. Il n’y a plus qu’à savoir écouter.

un centre spirituel

Je ne suis pas un être religieux, quelles que puissent êtres mes origines ou les différentes religions partagées au sein de ma famille et de mes proches. Peu importe mes traits physiques et les langues que je parle. Je ne crois pas. Je ne le peux pas et je ne le souhaite pas. Mais j’aime la spiritualité positive qui se dégage de la religion et j’essaye même de la cultiver en l’adaptant à ma vision de la vie.

Kotel Israël

Il n’y a pas d’endroit plus symbolique pour découvrir, approfondir, entretenir ou même douter de sa foi et sa spiritualité que ces terres. Il n’y a pas de mots, c’est une sensation à vivre. Jamais je ne me suis sentie aussi petite dans ce monde tout en ayant malgré tout l’impression d’en faire partie. Une vraie leçon d’humilité pour peu qu’on choisisse de lâcher prise.

une diversité géographique

On a rarement aperçu autant de changements de paysages en si peu de kilomètres. On y trouve de tout : la mer, les montagnes, les lacs, les vallées luxuriantes, le désert aride à perte de vue. On peut tout aussi bien découvrir des villes modernes et des stations balnéaires que des petits villages en campagne, des vieilles villes religieuses et tant d’autre encore.

Un voyage ne suffit pas à tout découvrir. Et c’est peut-être pour cela qu’on l’apprécie autant.

Comprendre le conflit au plus près

Le conflit israélo-palestinien, s’il n’est plus LE sujet principal d’actualité du Moyen-Orient, engendre toujours de profonds questionnements. La situation est particulièrement complexe et si cela se perçoit au travers des livres et des reportages, c’est encore plus flagrant sur place. A discuter avec les populations les plus diverses possibles, écouter des avis à opposés les uns aux autres, on repart avec plus de questions qu’à son arrivée. Car ce n’est pas si simple. Ce n’est pas un documentaire, ce sont de vraies personnes qui vous parlent et vous racontent leur vie. Et c’est important. C’est même la seule chose qui compte réellement.

voyage palestine

Comment peut-on appréhender un sujet en restant assis derrière son ordinateur ou le nez plongé dans des écrits ? J’avais lu énormément de témoignages avant de partir, de livres d’histoire, d’enquêtes journalistiques, de romans, de blogs, mais rien ne vous prépare jamais à l’expérience concrète. On y voit des choses terribles, on se révolte pour des propos, des façons d’agir et cela aussi bien en Israël qu’en Palestine. J’ai a l’esprit les insultes, les humiliations, les violences, les fêtes pour célébrer des assassinats. Ce sont des images d’une triste réalité. Mais j’ai également dans mon coeur toutes ces belles images dont on ne parle jamais dans les médias. L’entraide, la cohabitation, le besoin de paix, l’envie de partager sa culture, les mariages en dépit des tragédies de la journée, les rires des enfants et leurs parties de foot. Le bon et le beau ne font pas vendre de nos jours, mais ils existent bel et bien, et ils valent le coup.

Et pour cela je vous enjoins à découvrir ces terres, à parler aux habitants (de toutes les opinions politiques même lorsque vous y êtes opposé), à étudier les façons dont sont abordés les différents discours. On a l’impression de revenir en en sachant moins qu’avant son départ, et c’est exactement ce qu’il faut que cela fasse. Je n’ai jamais vu ou étudié de conflit plus difficile et incertain, et c’est lié en grande partie à notre condition d’humain (capacité à croire mentionnée plus haut) et à la place considérable prise par ces terres depuis des milliers d’années.

voyage israel

La chose est simple : depuis que je suis rentrée je suis incapable de manger des falafels ou du houmous qui parviennent à me satisfaire. Je suis devenue difficile. J’adore les pois chiches, c’est l’un de mes aliments préférés et j’en consomme beaucoup, mais au Proche-Orient, on franchit un cap en terme de qualité : c’est le produit national ! Plein de protéines, gouteux, peu cher, il est parfait pour les voyageurs, notamment végétariens.

J’en profite d’ailleurs pour préciser que c’est le pays où j’ai eu le plus de facilité à manger avec un régime végétarien à tendance végétalien. Toujours des plats à disposition, pas le moindre haussement de sourcil quand on explique à un marchand qu’on ne mange pas de viande et de poisson (un simple « Pas de problème, on a des légumes » en réponse), des jus pressés partout.  J’en salive rien qu’à l’écrire. Soyez patients car je vous prépare une compilation de mes recommandations culinaires.

Nourriture proche-orient

On a tous ses raisons pour voyager dans un pays, ce furent les miennes pour découvrir Israël et la Palestine. J’espère avoir pu répondre à certaines interrogations. Si vous en avez d’autres, n’hésitez pas que cela soit par mail ou en commentaire.

12 Comments

  • Coucou, j’ai vu sur twitter que tu allais poster un article ce soir et je l’attendais (vive les vacances qui offrent du temps libre!!!!). Je trouve tes mots très intéressants et mesurés, et c’est vraiment ce que j’apprécie ici et dans tes vidéos, ça se « sent » chez toi. Comme je te l’avais dit j’ai de la famille au Liban mais je ne suis pas encore allée en Israël (à voir pour la frontière), mais je suis très tentée depuis que j’ai suivi ton voyage, ça a l’air d’être très riche, aussi bien en positif qu’en négatif et on doit en sortir grandi. A bientôt, Bisous xx.

    • Coucou Nawell, ravie que ça te plaise et merci pour tes gentils propos. J’essaye vraiment de montrer quelque chose de vrai, tout en mettant l’accent sur le positif, car je pense que tout le monde en a besoin. Se mettre des œillères c’est non, mais sombrer dans le pessimisme, ce n’est pas non plus ce que j’ai envie de prôner.

      Oui je me souviens de ta situation. Pour la frontière en effet, cela peut soulever des questions si tu vas souvent au Liban, regarde bien le site du ministère de affaires étrangères sur ce point! Je te souhaite d’y aller et de découvrir les choses par toi même, c’est toujours important. A bientôt, et petit spoiler on se retrouve dimanche en vidéo 😉 Bisous et bonne soirée.

    • Bonsoir Chiara, merci de ton avis et de tes propos ! Une vidéo sur le sujet arrivera dimanche, j’espère qu’elle te plaira.. J’y ai ajouté quelques images vidéos 😉 Bonne soirée !

  • bonjour Laura
    je suis passée je reprendrais les mots des précédents commentaires , tes propos mesurés ,clairs, sont ce que je souhait lire sur ce pays et j’ai hâte de voir tes compilations culinaires , mon mari je pense va te « bénir » nous avons apres le Japon ce rêve aller à Jérusalem mais pas que 🙂 j’étais un peu modérée en ce moment nous avons des responsabilités envers nos parents et puis …;mettre en place ce sejour qui ne peut être et je te rejoins sur ce point trop rapide , vu notre âge certes pas canonique mais quand même 😉 je souhaiterais me rendre sur les lieux avec encore un peu de fougue celle qui m’a emmené sur les chemins durant ma vie enfin Laura ne pense-tu pas qu’il serait bienvenu de faire un livre , sérieusement 🙂 je suis bien certaine qu’il serait épatant et bien différent mais là je stoppe 😉 pour ne pas cancaner …je te remercie pour tout çà et je t’embrasse (les photos sont …aux petits oignons 🙂

    • Coucou très chère, merci pour ton commentaire et ta présence constante ! J’espère que tu pourras aller à Jérusalem, je suis certaine que ça te plaira, ouverte d’esprit et avide de découvertes comme tu es, je n’en doute pas ! Ah c’est adorable merci <3 Ecrire serait merveilleux, mais je ne pense pas en avoir les capacités 😉 Gros bisous.

  • Article très intéressant, merci beaucoup de nous faire partager tout ça ! Ce conflit est en effet un sujet pour lequel je ne me prononce jamais car je ne connais vraiment rien dessus, mais ça m’énerve quand j’entends des propos radicaux d’un de mes amis comme quoi l’israëlien est le méchant et le palestinien la victime. Comme si c’était aussi simple. Et en tant que français, comme tu le dis, même par les infos, documentaires ou autre on ne peut PAS en savoir suffisamment pour tenir de telles affirmations. Il va même encore plus loin en disant qu’ils font subir ce qu’ils ont subi pendant la 2de guerre mondiale dans le ghetto de Varsovie… ça me parait un peu tiré par les cheveux. Mais bref.

    Politique à part, thème auquel je ne comprend jamais rien de toute façon, tu confirmes ce que me dit ma maman, dans le sens où même sans être religieux (bien qu’elle, elle soit croyante), quand on est féru d’histoire et de culture, ce qui est son cas puisqu’elle est prof d’histoire géo et a fait des études d’histoire de l’Art, c’est forcément un voyage dont on rêve, et ce que tu en racontes en plus des quelques photos m’assure que ça lui plairait.

    Et enfin, ton dernier point sur la vie culinaire donne envie, tu nous fait saliver d’avance ! lol ça fait un an que j’aimerais devenir végétarienne d’ailleurs mais tant que je vis chez mes parents je suis un peu coincée, et je ne connais pas assez ce régime alimentaire pour vraiment savoir comment compenser et quels aliments associer auxquels, etc.

    Bonne journée à toi ! 🙂

    • Merci beaucoup pour tes gentils propos, j’ai beaucoup aimé partagé cela avec vous, et ta maman a bien raison 😉 Bisous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *