Nourriture japonaise : mes plats préférés

tako2

J’adore manger, et la nourriture japonaise fait partie de mes cuisines préférées parce qu’elle est variée et s’adapte à tous les régimes alimentaires. Aujourd’hui, je vous parle et vous régale les yeux avec certains des plats que je préfère.

Les sushis

sushis

C’est inévitable, mais je suis bel et bien une grande amatrice de sushis que je consomme sous leurs différentes formes. On a vu l’occident adapter ces sushi à leurs palais et j’avoue leur préférer les sushis plus authentiques, et avec moins de fromage. Je suis notamment très fan de ceux à l’avocat et à l’omelette. C’est bon, c’est sain (n’abusez pas de sauce soja toutefois), et c’est coloré, un vrai délice.

Toutefois je précise que c’est probablement le plat que j’ai le moins souvent mangé lors de mes séjours prolongés au Japon

Les okonomiyaki

okonomiyaki

Bien plus lourd que le sushi, l’okonomiyaki est une sorte de crêpe épaisse réalisée avec une pâte composée de choux, d’oeufs, de farine et de dashi (une sorte de bouillon de poisson) à laquelle on rajoute des ingrédients selon nos envies : porc, saumon, légumes,oignon.. Le tout est recouvert d’une sauce spéciale marron, de mayonnaise (rien à voir avec la mayonnaise française (que j’adore attention).. la japonaise est certes très chimique, mais c’est un petit plaisir) et de lamelles de poisson séché (kasuobushi). On vous apporte généralement le bol rempli des ingrédients, que vous allez mélanger avant de faire cuire votre okonomiyaki. La cuisson se fait sur une plaque chaude devant laquelle vous êtes installé, le plus souvent c’est à vous de le faire, mais le restaurateur peut vous y aider si vous le demandez.

Ce qui est intéressant avec ce plat, est qu’il en existe différentes variétés selon les villes, chacune ayant sa spécialité. J’ai pu en tester à Tokyo (où le format traditionnel prend une forme différente plus plate et a une consistance plus liquide, ça s’appelle un monjayaki) Osaka (située dans la région du Kansai, terre créatrice de l’okonomiyaki) et Hiroshima (où on ajoute souvent des soba ou udon à la préparation).

Ce n’est pas un plat minceur par excellence et il n’est pas possible d’en manger trop sans en être écoeuré, mais je me régale toujours lorsque j’en mange !

Le curry rice

curry

Et oui du riz au curry au Japon, ça peut paraitre étonnant mais c’est probablement le plat que je préfère là-bas : c’est chaud, épicé, si l’on y ajoute de la viande pannée, celle-ci est croustillante et le contraste des texture tue tout, sans oublier que ça tient très bien au corps ! Un curry rice dans la journée et vous n’avez plus besoin de manger autre chose !

Il s’agit tout simplement de riz, auquel est ajoutée une sauce au curry marron foncée pour laquelle je vous conseille de demander une faible teneur en épices parce que le plus faible est déjà bien corsé ! Il est possible d’ajouter une viande pannée (boeuf, porc ou poulet, mais c’est souvent du porc, à la manière d’un tonkatsu) qui sera coupée le plus souvent en lamelles pour vous permettre de les manger plus aisément. D’ailleurs, le curry rice se mange généralement à l’aide d’une simple cuillère à soupe.

Les udon

udon

Il existe plusieurs types de pâtes au Japon, et les plus connues sont les soba, les ramen et les udon. Si j’apprécie les premières, je leur préfère de loin les secondes, plus épaisses  et que j’aime particulièrement déguster froides l’été avec une simple sauce soja. Elles se mangent également chaudes, ce qui apporte un grand réconfort en hiver! J’ai de très bons souvenirs de Kitsune Udon à 6 heures du matin en rentrant de soirée.

Les takoyaki maison

takoyaki

Spécialité d’Osaka, les takoyaki sont des aliments que j’affectionne, mais uniquement ceux que l’on confectionne soit même et auxquels ont peut ajouter des ingrédients variés. Il s’agit de petites boules de pâte, un peu comme des chouquettes salées et plus épaisses en consistance, dans lesquelles est incorporé un morceau de poulpe. Or, le poulpe n’est pas le plus aisé, pour moi, à manger, c’est pourquoi lors de ma première introduction à cet aliment, mon avis a été plus que mitigé (malgré les garnitures similaires à celles de l’okonomiyaki).

Puis, une amie japonaise a proposé de m’en faire elle-même en y ajoutant du porc, du fromage, plein de ciboulette, et comble du bonheur, elle m’avait également fait une version sucrée avec du chocolat. Comment résister ? Depuis, c’est ainsi que je les préfère : agrémentés selon mes goûts, tout en gardant la pâte « à crêpe » traditionnelle.

Le Katsudon

Je précise avant toute chose que le Katsudon entre dans la catégorie des « Donburi« , c’est-à-dire des plats qui se présentent de la même manière : un bol de riz auquel on ajoute une viande ou un poisson et souvent un oeuf.

Lorsque je mangeais encore de la viande, c’était mon plat préféré en France, sushi mis à part, tout simplement parce je retrouve un réel goût japonais, ce qui n’est pas souvent le cas des autres plats. A nouveau, c’est un plat loin d’être idéal pour la ligne puisqu’il s’agit de tonkatsu (porc panné, souvent coupé en lamelles), que l’on pose sur du riz et auquel on ajoute une délicieuse sauce composée entre autre de dashi mais avec un soupçon de sucre, le tout sans oublier un oeuf.

Le sukiyaki

sukiyaki

Voici le plat d’hiver typique du Japon. Il s’agit d’une sorte de fondue mélangeant viande, légumes et quelques fois des pâtes, dans une sauce warishita plutôt sucrée, le tout étant ensuite trempé dans de l’oeuf. C’est chaud, bon, réconfortant et ça se mange le plus souvent en famille ou entre amis. Il se rapproche beaucoup du shabu-shabu, une autre fondue.

Le yakiniku

Enfin un peu de viande grillée, puisqu’il s’agit d’un barbecue. D’inspiration coréenne, vous en trouverez beaucoup dans les restaurants et quartiers coréens (les koreantown). Il ne faut pas passer à côté, notamment lorsque vous y êtes en été et que votre barbecue du dimanche vous manque ! Le petit plus : une délicieuse sauce citron qui se marie parfaitement avec la viande savoureuse.

Le tamagoyaki

Il s’agit tout simplement d’une omelette enroulée sur elle-même, mais un peu plus sucrée, et plus grasse (car il faut pas mal d’huile pour la cuire et l’enrouler) cuite dans une poêle rectangulaire. Depuis que j’en mange, j’avoue être moins friande des omelettes salées auxquelles j’ai été habituée et je dois souvent me retenir de ne pas ajouter trop de sucre dans mes oeufs battus.

Le matcha

matcha

Il ne s’agit pas d’un plat à proprement parler mais de poudre de thé vert que l’on utilise aussi bien pour ses boissons (je raffole du matcha latte) que pour ses desserts : glaces, gâteaux .. Quelque soit la forme, c’est un goût que j’apprécie énormément.

Concernant les autres desserts, je n’en suis pas fan, et il faut savoir qu’il n’est pas dans la culture ancestrale des pays asiatiques de manger quelque chose de sucré en faim de repas. C’est l’occident qui leur a apporté cela. Je l’ai mentionné, il existe pas mal de desserts avec du matcha, qui me plaisent, mais pour le reste, je m’en détourne facilement car la majorité des desserts sont constitués de mochi (une pâte de riz) ou de anko (une pâte de haricot rouge) qui n’ont jamais réussi à me séduire sur le plan gustatif.

*

Mon petit aperçu culinaire en direct du Japon se termine. Il ne constitue pas une liste exhaustive des plats que vous pouvez y trouver, loin de là ! Je vous encourage à en découvre plus par vous-même. Néanmoins, vous savez à présent dans quels restaurants me trouver au Japon.

Petite précision : je ne mets volontairement pas les termes japonais au « pluriel français » (avec un « s » à la fin), à l’exception de sushis, parce que j’ai une logique à deux vitesses se basant sur le fait que ce terme soit entré dans le vocabulaire français. Il est en effet possible d’écrire les mots étrangers selon nos envies : soit en leur ajoutant les marques du français, soit en conservant leur orthographe d’origine.

Crédits:  sushi

10 Comments

  • Rolala plein de plats que je ne connais pas (encore!^^) Les sushis incontournables! et comme toi je préfère les originaux , au thon un régal! Les ramen à Paris j’ai voulu en goûter impossible d’en trouver on n’était pas dans le bon coin ou pas au bon moment. Sion j’aime bien aussi les yakitori 🙂 Le reste je ne connais pas mais çà donne très envie merci pour la découverte ^^

    bises

  • Tous ces plats m’ont l’air absolument délicieux !
    Ça fait du bien de découvrir autre chose que des sushis et des makis. Car finalement la cuisine japonaise ce n’est pas vraiment ça ! D’ailleurs, ça ne m’étonne pas que tu en aies mangé très peu au Japon 😉
    Il faudrait que j’arrive à trouver un VRAI restaurant japonais près de chez moi pour goûter à tous ces plats.
    Merci pour cette découverte ! 🙂
    Laure

    • Coucou, merci de ton passage et de ton avis, je suis contente que ça te plaise ! Oui les sushis c’est bon et frais mais la nourriture est tellement variée que l’on peut ne pas en manger beaucoup, même sur plusieurs mois! Bises

  • Miam que ça donne envie tout ça ! Je n’ai quasiment rien goûté de toutes ces choses, puisque beaucoup d’entres elles ne sont pas simples à trouver. Mais j’aimerais vraiment tester un jour ! Merci pour cet article qui met l’eau à la bouche ! 🙂
    J’aimerais beaucoup acheter du thé matcha, mais alors c’est une misère à trouver aussi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *