Musées préférés à travers le monde

Musées monde

Les musées. Certains les aiment, d’autres les détestent. Pour ma part je les adore et je me verrais difficilement renoncer à une découverte approfondie de l’un d’eux. Au cours de mes voyages, j’ai eu le bonheur d’en visiter beaucoup et c’est avec plaisir que je partage avec vous mes préférés.

J’entends par préférés ceux qui ne me lassent pas et que je redécouvre avec toujours autant de ferveur, même au bout de la 5ème visite pour la simple et bonne raison qu’ils ont toujours quelque chose en plus à m’apprendre et me faire ressentir.

Ce n’est pas ce qu’il y a de plus populaire sur les blogs (trop cher ? Pas assez d’action ?) mais pour ma part, je ne peux me passer des musées. Certes, cela coûte de l’argent, mais il est rarement perdu. Si c’est pour sacrifier de la culture, je préfère ne pas partir et attendre d’avoir un peu plus les moyens pour profiter à fond de mon voyage sur tous les plans : culturel, gastronomique, sportif (ma définition de sport s’arrêtant à marche et chien de traineau)… Et entre nous, le shopping et la plage ça va bien 3 jours ! Mon cerveau a besoin d’être stimulé un peu plus que cela.

Cette liste est non exhaustive, en plus d’indéniablement personnelle. Des articles plus pointus par ville arriveront dans les mois à venir pour de plus amples précisions. Il faut également prendre en considération trois éléments :

– Je ne parle que des endroits que j’ai visité, aussi bien sur le plan des musées (il faut faire des choix.. Par exemple, avez-vous vu le nombre de musées à Vienne ?) que celui des villes et pays (je n’ai pas encore eu la chance de découvrir Florence ou même la Russie et la Grèce, qui auraient probablement eu également leur place ici).

– J’ai délibérément écarté les musées français, que je connais plus, car beaucoup trop nombreux, ils méritent bien un article à eux seuls.

– Je ne suis pas une grande amatrice d’art contemporain (je lui préfère l’art moderne), j’ai des goûts plutôt classiques comme cela peut se voir dans ma sélection même si j’ai pu faire de belles découvertes sur le sujet.

Musée du Vatican, Vatican (Italie)

Enormément de splendeurs italiennes sont réunies dans cet immense musée (l’un des plus grands du pays) où j’ai passé plus de 5 heures lors de ma visite. Et cela vaut-il encore la peine de parler de l’exquise Chapelle Sixtine qui a vu tant d’Histoire (oui avec un grand H) se jouer entre ses murs ? Une découverte mémorable pour laquelle je recommande une réservation afin d’éviter les heures d’attente et un guide audio n’est pas négligeable.

Galerie Borghèse, Rome (Italie)

Y-a-t-il mieux qu’un beau musée dans un superbe cadre ? Car c’est ce que propose cette dernière. Un parc (la Villa Borghese) puis un bâtiment en pierres blanches dans lequel se trouve des collections affolantes réunissant des  oeuvres du Bernin (Apollon et Daphné, mes amis une merveille), Canova, Raphaël, Le Titien, Rubens, Le Caravage etc.. Le grand avantage de ce musée est que la collection n’est pas gigantesque, ce qui permet de s’intéresser à chacun des ouvrages sans se lasser, comme cela peut être le cas dans le plus gros endroits. La visite est assez cadrée parce qu’il faut obligatoirement réserver sa visite à un horaire précis mais cela le vaut bien.

Villa Borghese

Gallerie dell’ Accademia, Venise (Italie)

Ah Venise ! Mon coeur y est resté. Il est particulièrement difficile d’y choisir un musée parce que la ville entière en est un. Et si je demeure conquise par le Palais des Doges, c’est à l’Accademia que je conseille de se rendre pour y découvrir les peintures, entre autre, de Véronèse (très mis à l’honneur), Tintoretto, ou encore Bellini. J’aime ce musée parce qu’il présente les oeuvres des peintres phares tirées de ma période préférée de la peinture vénitienne et j’apprécie, à nouveau, le nombre restreint d’ouvrages. Cela permet, en effet, une meilleure étude de ces derniers.

M.O.M.A (Museum of Modern Art), New York (USA)

J’avais quelques craintes avant d’y aller (petite déception laissée par le Guggenheim, un brin trop contemporain pour mes goûts) mais quelle claque ! Des oeuvres très diverses, de vraies découvertes, une mise en scène impeccable très épurée sans être théâtrale. On y retrouve aussi bien des peintures de Dali, Van Gogh (mon tableau favori de lui s’y trouve), Picasso, Chagall, Hooper, que des créations de Warhol, Boccioni et tant d’autres ! C’est un musée très accessible, intense et où je retournerais aisément. Un conseil : découvrez-le de haut en bas et ne regardez pas trop à l’avance quelles oeuvres s’y trouve, la surprise sera totale.

Warhol

MET (metropolitan), New York (USA)

Enorme musée. Le plus grand, sur le plan du nombre d’oeuvres, que j’ai pu visiter. Mais qu’est ce que c’est bon, parce que cela signifie qu’il faut inévitablement y revenir. On y trouve des salles plutôt étonnantes regorgeant d’armes, de mobilier, d’objets modernes, de reconstitutions historiques, mais également des coins plus classiques proposant des peintures (mon très cher Vermeer, Renoir, Monet, Turner…), des sculptures, des livres, des artefacts de contrées lointaines… On traverse les époques, les civilisations et les âges. Je suis notamment tombée amoureuse de la partie égyptienne dont vous avez un aperçu en haut de l’article.

Tate Modern, Londres (Angleterre)

Le premier musée à m’avoir fait apprécier l’art moderne ce qui le place en duo de tête de mes musées londoniens préférés. Très ludique, rempli d’oeuvres que l’on ne s’attend pas forcément à y découvrir (Alerte générale : Les nympheas de Monet !) et cela sous des formes différentes allant de la peinture à la sculpture en passant par des installations artistiques. Le lieu en lui-même est également fascinant puisqu’il s’agit d’une ancienne centrale électrique et je ne peux m’empêcher de penser aux Pink Floyd chaque fois que je vois ce musée, ce qui est toujours un bon point.

tate modern

The National Gallery, Londres (Angleterre)

Second musée à rejoindre le peloton de tête londonien ! Grande collection réunissant des artistes que j’adule : Vermeer, Turner, Monet, Van Gogh, Claude, De Vinci, Canaletto avec une atmosphère calme, de grandes voûtes, un beau parquet… Je m’attends toujours à y trouver des membres des services de renseignements anglais qui viendraient échanger des informations devant un Turner, à la manière d’un James Bond.

Musée des coeurs brisés/des relations rompues, Zagreb (Croatie)

Petit musée découvert par hasard mais qui vaut le détour ! Le principe peut paraitre étrange : on présente des objets de la vie courante ayant appartenu à des inconnus. Mais la particularité est que ces personnes ont envoyé au musée des objets leur rappelant la rupture d’une relation avec quelqu’un, souvent un conjoint ou encore la mort d’un proche. Et alors ces objets, a priori, banals, prennent un sens complètement différent au fur et à mesure de la lecture de leur histoire.

J’y suis allée après 2 mois de voyage à travers Europe, j’étais épuisée, je n’avais pas dormi de la nuit et je me souviens encore de la crise de larme qui m’a prise quand j’ai atteint certains objets (ceux concernant les parents disparus)… mais aussi des rires que j’ai pu avoir pour d’autres. Car les ruptures sont comme la vie : douloureuses, drôles, tristes, inévitables, inattendues…Une très innovante surprise.

Museum broken relationships

Musée Nezu, Tokyo (Japon)

J’ai beaucoup privilégié les temples et lieux extérieurs au Japon mais certains musées m’ont marquée et celui-ci fut une très bonne découverte. En  plein centre-ville, cet endroit nous entraine dans un monde inattendu et reposant. On mélange arts asiatiques (estampes, calligraphies, kimono) et jardins zens pour une promenade hors du temps, de la foule et du stress. Et puis, il faut avouer qu’il se distingue des musées de la bière, des raviolis ou des insectes !

Maison de la Terreur, Budapest (Hongrie)

Musée très original, notamment dans sa mise en scène : on suit un parcourt qui nous emmène à travers des scènes aménagées différemment selon le sujet, ou plutôt la période évoquée. En effet, le thème ici est bien particulier puisqu’il raconte la vie des hongrois sous les dictatures. A noter que c’est dans ce même bâtiment que les Croix fléchées (nazis hongrois) ont établi leur quartier général, procédé à des arrestations, tortures etc.. dans les années 1940 (ils ont pris le pouvoir en 1944).

Je n’ai jamais vu ce genre de musée autre part. Avoir crée une histoire, un univers, un décor pour nous impliquer dans le récit est très impression et c’est pour cela que je le classe dans cette liste. Il n’est pas question de peinture ou de sculpture, mais plus d’archives, de vêtements, vidéos racontant ces temps sombres du pays. J’ai eu l’impression de me retrouver sur un plateau de cinéma et il n’y a pas à dire : c’est glaçant et ça marque.

Attention cependant ! Ce n’est pas parce que l’on vous présente l’Histoire d’une certaine façon que c’est la vérité absolue. Il y a un parti pris évident dans les informations apportées, à vous de faire le tri et d’en avoir conscience (le pouvoir politique actuel a, semble-t-il, beaucoup pesé dans l’établissement de ce musée). C’est le cas de tous les musées, mais le thème de celui-ci est plus politique que certains et l’attention et l’esprit critique doivent alors être plus aiguisés. Pour autant, ne vous privez pas de l’expérience.

House of Terror Museum

Rijksmuseum Amsterdam, Amsterdam (Pays-Bas)

Un autre très grand musée, l’équivalent néerlandais du Louvre, MET ou British Museum, qui n’est pas aussi connu mais dispose d’une collection qui en ferait rougir plus d’un. On retrouve, entre autre, un grand nombre de peintres flamands tels que Rembrandt, Vermeer, Steen, ainsi que de la porcelaine, des objets médiévaux… Enormément de monde (je n’ai jamais vu autant de personnes dans les musées qu’aux Pays-Bas), ce qui m’a étonnée car je dois avouer mon absence de connaissance d’une si grande popularité. La façade est également fort impressionnante et mérite quelques minutes d’attention. Petit plus pour la bibliothèque (le chemin de mon coeur, comme vous le savez).

Léger point négatif en revanche : l’organisation générale est assez mal conçue (changer de partie ne se fait pas aisément). Mais avec de la motivation on contrevient à ce petit soucis.

Belvédère, Vienne (Autriche)

Mon premier musée viennois et que de bons souvenirs. Un mot pour résumer mon amour pour celui-ci ? Klimt. Vous y retrouvez en effet plusieurs oeuvres, dont les plus connues (entre autre son fameux Baiser), de l’artiste parmi d’autres peintures et sculptures. Il s’agit en vérité de deux musées : le Belvédère supérieur (musée principal) et le Belvédère inférieur consacré à l’art baroque et contemporain. Le palais et le parc sont grandioses (plus jolis que le château de Schöenbrunn à mon sens), ne vous en privez pas !

Belvedere Vienna

Et vous, quels sont vos musées préférés ?

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *