L’ULTIME Avant-Première Harry Potter à Londres

Harry Potter Avant-première
Un mois après la disparition d’Alan Rickman, j’ai eu envie de revenir sur mon premier article voyage publié il y a quatre ans, afin de le corriger et de replonger dans l’ambiance merveilleuse de la dernière avant-première des films Harry Potter du 7 juillet 2011 à Londres.

Nous sommes nombreux à être fans de cette saga littéraire et cinématographique qu’est Harry Potter et c’est la raison pour laquelle j’ai décidé de partager cette journée de façon particulièrement détaillée. Sachant bien entendu que j’ai rédigé ce report aussi bien pour vous que pour moi afin de conserver à l’écrit un maximum de d’informations qui pourront pour paraître inutiles. J’ai volontairement gardé l’aspect très « journal intime avec des anecdotes assez futiles » que j’avais proposé la première fois, j’espère que cela vous plaira.

Pourquoi y être allée ?

Tout simplement parce que j’aime plus que tout ces romans et qu’il ne pouvait en être autrement. Il s’agissait du dernier film, c’était un au revoir que je ne pouvais manquer et je ne me voyais pas suivre en direct cet évènement chez moi sur mon ordinateur. Je devais être là, j’avais besoin d’être là.

Je lis ces livres depuis l’âge de 8 ans, j’en ai 25 à présent. Quand j’ai commencé le premier tome en 1998, c’était même encore inconnu, mon adorable maman l’avait déniché dans une toute petite librairie de notre ville… Incroyable quand on voit le succès international qu’il a eu depuis. J’ai grandi avec ces livres, le dernier est sorti quand j’avais 17 ans, l’âge des héros dans Harry Potter et les Reliques de la Mort.

C’était une évidence d’y aller.

L’organisation

L’organisation de l’évènement fut différente des autres avant-premières, puisque celles-ci se tenaient ordinairement à Leicester Square, où était également visionné le film. Or, pour cette dernière avant-première, Leicester Square étant en travaux, il a alors fallu déplacer la cérémonie du tapis rouge (donc la rencontre avec l’équipe) à Trafalgar Square ; la projection (privée) restant maintenue à l’Odéon de Leicester. Une chance pour moi, je logeais à Piccadilly Circus donc à 5 minutes du lieu.

Beaucoup de fans étaient attendus, certains (pas mal de français d’ailleurs) ont même commencé à s’installer plusieurs jours à l’avance. C’était à la fois excitant et stressant, car partager une telle expérience avec des personnes ayant la même passion que soi est toujours exaltant mais apercevoir une telle foule peut vite faire redouter de ne pas obtenir une bonne place.
Pour simplifier l’organisation, quelques jours avant la première (le samedi – pour une avant-première le jeudi), la Warner a annoncé que des bracelets allaient être distribués le mercredi 6 juillet à partir de 10 heures sur Trafalgar pour permettre l’accès au Square, et donc au tapis rouge, aux seuls détenteurs de ces bracelets. Une pression supplémentaire. Il n’y avait plus une seule sélection (premier arrivé, premier à avoir une bonne place), mais deux sélections (avoir le bracelet le 6 puis obtenir une bonne place au sein de ceux qui ont les bracelets pour l’évènement du 7). Etre fan, ou comment se créer un stress monstre pour cinq centimètres de plastique au poignet.

Harry Premiere make love not horcruxes

Mon expérience

Le décor étant à présent posé, comment ce sont déroulées ces journées ? C’est parti pour une plongée dans le monde des potterheads !

Autant commencer par dire que….comme souvent en voyage, j’ai eu de la chance. N’étant pas en avance le mercredi 6 pour récupérer mon bracelet, je suis arrivée sur Trafalgar à midi (après avoir littéralement balancé mes affaires dans une auberge) et les lieux étaient déjà profusément remplis. Je pense que ce devait être aussi bondé de monde que le jour J, mais je ne pourrais en jurer car je suis restée sur le Square jusqu’à 20 heures le jour d’après (le 7) donc je n’ai pas pu trop suivre ce qui se passait en terrasse de Trafalgar (réservée aux journalistes et à quelques fans n’ayant pas pu obtenir de bracelets).

Après avoir passé 30 bonnes minutes à comprendre où se terminait la queue d’attente, je m’y suis rendue puis j’ai papoté avec d’adorables filles à qui j’ai demandé de me garder ma place le temps que j’aille chercher ma meilleure amie qui avait décidé au dernier moment de me suivre et qui tentait de voir s’il y avait d’autres entrées (ces tacticiennes hors pair… à préciser que nous n’avions pas de smartphones à l’époque donc aucune communication possible). La suite s’est résumée à de l’attente au sein de cette immense queue, et je dois avouer que je n’espérais pas grand-chose tellement il y avait de monde. En arrivant à midi au lieu de 10h, je partais plutôt défaitisme (même si intérieurement la petite étincelle d’espoir grandissait à chaque pas). J’ai pu rencontrer plein de personnes gentilles à souhait et de toutes les nationalités possibles. J’ai toujours une petite pensée pour la jeune polonaise de 15 ans qui était toute apeurée derrière moi.

File attente Harry Potter premiere

Il faut le dire, l’ambiance était festive mais néanmoins tendue. On sentait que plus on avançait, plus le nombre de bracelets diminuait bien logiquement. Des cris de personnes l’ayant obtenu retentissaient toutes les dix secondes, et on pouvait apercevoir les agents de sécurité qui les distribuaient, plonger de plus en plus loin leur bras dans le carton où se trouvaient ces pass. Mais après quelques temps d’attente et de discussions, le miracle fut : nous avons enfin pu obtenir ce satané bracelet ! J’ai du serrer dans mes bras toutes les personnes m’entourant tellement j’étais soulagée ! Même l’armée ça ne vous rapproche pas autant.

Bracelet Harry Potter premiere

Pas un Tiffany & co mais il avait tout autant de valeur (ces bracelets étaient vendus plusieurs centaines de livres sur Ebay le soir même).

A priori, une fois le bracelet en main (qui permet d’entrer et sortir librement de Trafalgar Square) on pourrait se dire qu’il suffisait de revenir le lendemain après une bonne nuit de repos et de le montrer pour accéder à l’évènement. Quelle utopie ! La majorité des gens avait décidé de rester sur place la nuit pour conserver leur place, et je faisais également partie du lot (à ce stade là, vous ne lâchez rien). Donc à 15h la veille de l’avant première, je me suis retrouvée à devoir attendre plus de 24 heures au même endroit parquée dans des barrières en plein centre de Londres ! Contre toute attente, cela m’enthousiasmait plus qu’autre chose, j’étais si heureuse d’avoir mis la main sur ce fameux bracelet qui m’avait fait stresser pendant des jours qu’une nuit dehors n’était pas grand-chose !

Mais il me restait encore à trouver une place pour mon amie et moi. Le square avait été séparé en deux parties disposées de part et d’autre du tapis rouge où marcheraient les acteurs. J’ai choisi au hasard le coin de droite et me suis retrouvée face à une foule immense en train de s’installer par terre. Il n’y avait plus de place, sauf dans les allées extérieures en s’enfonçant dans la masse. Mais ne voulant absolument pas m’éloigner des barrières bordant le tapis rouge, j’ai repéré à l’entrée un petit coin près de ces fameuses barrières juste aux marches du tapis rouge que les acteurs devraient remonter et je n’ai alors plus bougé pendant deux bonnes minutes en me demandant comment j’allais pouvoir m’y installer. C’est alors que j’ai entendu deux françaises me parler et me dire que je pouvais les joindre à cet endroit. Je ne les remercierai jamais assez : j’avais mon bracelet, j’étais bien placée et ça à 25 heures de l’arrivée de l’équipe du film et de J.K. Rowling, haut les cœurs !

C’est alors que l’attente débuta. Pas grand-chose à faire à part lire (HP), dormir (HP) et discuter (HP). J’ai surtout parlé car j’étais beaucoup trop excitée pour le reste. Les françaises se sont rendues à un concert et je leur ai gardé leur place… un échange de bons procédés qui me convenait totalement ! Des journalistes sont ensuite arrivés, demandant des français pour certains (je les ai évités le plus possible car ils voulaient des hystériques et vous demandaient de hurler un prénom ou quelque chose du genre…très peu pour moi, et très belle leçon de journalisme également), mais aussi pas mal d’autres pays. Une chaine de télévision japonaise, par exemple, a interviewé mes voisines anglaises en leur demandant de répéter 3 fois « We love you Hermioneeeeeee ». Un grand moment. Ils avaient d’ailleurs un micro des plus marrants, voyez donc.

Harry Potter premiere journalistes

Le chantier s’est mis en place à ce moment-là. En effet, si la scène et l’écran géant où serait diffusé l’évènement, étaient déjà installés de nombreux éléments (des décors, le titre du film, des affiches, les tapis, le son) durent être aménagés malgré notre présence et cela ne s’est d’ailleurs arrêté que deux heures avant l’avant-première, nuit comprise. Je frissonne encore en pensant à l’hystérie collective de tout le monde lorsque le panneau « Harry Potter » fut finalement monté après trois longues heures d’efforts. De façon générale, les fans furentt plutôt actifs : ils lisaient à haute voix, chantaient, faisaient des tours de magie. Petit coup de cœur pour le jeune homme au parapluie clignotant qui enchainait les musiques allant du « Very Potter Musical » à John Travolta dans la bonne humeur ! Je pense que toutes les personnes de mon côté du tapis rouge se souviendront à vie de ce garçon.

Harry Potter premiere titre

Est-il utile de préciser que notre rassemblement ne passait pas du tout inaperçu ? La majorité des passants ou bus de tourisme s’arrêtaient pour nous prendre en photo et nous saluer dans une ambiance très sympathique et bon enfant.

Nous avons pu sortir de notre « enclos » au retour des françaises et en avons profité pour nous dégourdir les jambes en ville, manger un morceau puis faire notre check-in à l’auberge alors que nous n’y dormions pas cette nuit-là (les nuits suivantes si, bien entendu), mais ça permettait d’avoir nos affaires en sécurité et à proximité pour un prix équivalent à ce qu’aurait coûté 36h dans une consigne à la gare. Et, cela nous a également permis, par un subterfuge grossier de sac sans fond que l’on aurait cru appartenir à Hermione, « d’emprunter » des couvertures en laine trouvées dans notre chambre qui nous serviraient à nous construire un lit de fortune sur Trafalgar Square, sachant que j’avais également emporter un plaid, une couverture de survie et un k-way qui ressemblait plus à une petite bâche.

Harry Potter premiere nuit

La nuit fut un peu plus tendue car il ne faisait pas chaud et la pluie a fait savoir son existence – même si nous avons réussi à l’aide d’une position de cuillère et d’un parapluie sur la tête, à l’ignorer. Très peu de sommeil toutefois puisque les installations n’ont pas stoppé un seul instant : le réglage des projecteurs, la mise en place des bannières officielles du film, la petite estrade sur la terrasse supérieure de Trafalgar. Si bien qu’à 3 heures, il y a eu une sorte de réveil général où tout le monde semblait s’être mis d’accord sur le fait que deux heures de sommeil suffisaient. Et là, mention spéciale au chanteur amateur, dont j’ai déjà fait mention, qui a entamé un « Defying gravity » alors qu’il faisait nuit, que nous avions froid et que les sirènes de police n’en finissaient pas de hurler ! Mémorable.

Le jour J

Je vous passe les détails du début de matinée : guère d’action, beaucoup d’attente et quelques disputes générales avec les gens de derrière qui tentaient de pousser pour grappiller des places. Puis, à 9h, la situation a quelque peu évolué en deux points: tout d’abord, de gros mouvements de foule nous ont forcés à nous mettre debout et nous avancer, ce qui était profondément stupide car il n’y avait aucun intérêt à rester debout pendant encore 7 heures. Mais nous nous sommes retrouvés dans une situation malsaine où il fallait choisir entre rester assis mais se faire piquer sa place, ou se mettre debout et éviter ainsi les autres nous doublent (les potterheads restent des humains avec leurs qualités et leurs défauts). La sécurité fut d’ailleurs très mauvaise pour le coup, elle n’a vraiment pas su gérer ce genre de problèmes.

Et deuxième élément : la pluie. Pendant de longues heures. J’ai cru que l’on n’en verrait jamais la fin, je n’ai jamais subi de telles trombes d’eau (même en pleins typhons en Asie). En 15 minutes, nous furent intégralement trempés : vêtements, chaussures, cheveux, livres, papiers d’identité (merci au créateur du papier spécifique des passeports). Vous pouvez retrouver sur internet des vidéos de cette journée si votre côté sadique vous titille.

Harry Potter premiere journalistes préparation

14 heures, arrivée des journalistes qui ont entamé leurs interviews et reportages en nous faisant crier certaines phrases, saluer la caméra etc. Certains d’entre eux, plus connus, ont salué leurs admirateurs. Et ce jusqu’à 15h30 où tout le monde a commencé à vraiment s’exciter et s’impatienter puisqu’il ne restait que 30 minutes. Et puis Hallelujah, le soleil est réapparu pour ne plus disparaitre de la journée, quel signe ! Ils ont passé plusieurs fois la bande annonce du film, ainsi que certaines scènes en boucle. Nous étions quelques uns à détourner le regard pour éviter les spoilers. Ce n’était pas grand-chose mais ça a enthousiasmé tout le monde. On sentait que le staff attendait l’arrivée des premières voitures, et puisque je savais où regarder, j’étais également attentive au moindre mouvement sur le côté réservé aux voitures des acteurs et équipes des films.

16h10… Que le spectacle commence !

Il faut savoir que les acteurs/invités arrivaient en voiture et se garaient sur un côté de Trafalgar Sq, puis sortaient saluer le public à l’extérieur (1), ensuite, ils rentraient dans l’enceinte du square (presque derrière l’écran géant) où ils posaient pour les journalistes principalement et les quelques fans se trouvant là (2). Ils rejoignaient ensuite le plus souvent (pour les grosses célébrités) la scène installée devant l’écran, discutaient avec le présentateur, Alex Zane (3), puis remontaient le tapis rouge en longeant les barrières où les fans (nous) étaient réunis (4) pour arriver devant les caméras de télévision tout en haut de Trafalgar, au pied du National Gallery (5).

Harry Potter Premiere Plan

Comme de coutume, Rupert Grint (Ron Weasley) fut le premier arrivé sur place. Il était vêtu d’un costume sombre effet peau de serpent/écailles avec une cravate noire – je ne sais pas quelle marque – et ça lui donnait une classe folle, un petit côté classy-rock qui lui va tout à fait ! Cette journée a totalement changé ma vision sur ce type, j’en suis revenue accro aux rouquins pendant un bon moment. Autant je n’aime pas son personnage, autant l’homme et l’acteur me plaisent vraiment et c’est surement l’une des personnalités que j’ai préféré rencontrer ce jour-là. Ce type est tout bonnement adorable, timide, doux et il  prend beaucoup de temps pour saluer et signer des autographes, il s’arrête absolument partout ! Au point qu’il a rapidement été rattrapé par les acteurs suivants. C’est probablement parce qu’il était le premier, mais il fut extrêmement applaudi, je n’avais jamais réalisé que c‘était l’un des acteurs les plus appréciés des fans, j’avais toujours en tête que Tom et Dan arrivaient loin devant. Me voilà bien détrompée. Pour son interview, rien de marquant, on lui a posé les questions habituelles sur ce qu’il ressentait quant à la fin de la saga, comment s’était passée la scène de baiser avec Emma etc.. Mais il répondait à tout cela à la Rupert on va dire : très simplement, en mettant des « kind of » partout, avec un petit sourire.

Harry Potter premiere Rupert Matt

Au moment du discours de Rupert, Jason Isaacs (Lucius Malefoy) est arrivé à son tour. La classe, tout de noir vêtu, la chemise légèrement entre-ouverte (on sélectionne ses détails ou pas). Bien évidemment, il est revenu au brun depuis qu’il a cessé d’interpréter son personnage. Ce mec a des yeux magnifiques, il sourit tout le temps et est aussi marrant que ce qu’il en donnait l’impression dans toutes les vidéos que j’ai pu voir de lui. Son rôle est très apprécié ce qui s’explique aisément : tout comme pour Tom Felton,  le côté « bad boy » marche toujours avec les foules. Et il en joue ! On lui a notamment demandé quelles étaient ses premières et dernières phrases dans le film. Il a répondu directement pour la dernière (« help »), mais pour la première, ce sont des fans qui lui ont soufflé/crié. Il a d’ailleurs repris la phrase pour la réciter à la Lucius. J’ai pris 300 milliards de vidéos de lui, allez savoir pourquoi. 

Matthew Lewis (Neville Longdubat) est apparu à peu près en même temps, mais il est resté beaucoup, beaucoup plus longtemps à saluer les gens à l’extérieur. Dois-je mentionner que j’adore ce type ? Il est presque méconnaissable si on le compare au petit garçon qu’il était à ses 11 ans, il est devenu un bel homme sûr de lui, et c’est très plaisant à voir. Il était accompagné de ses parents et de son amie (la majorité des « jeunes » (de 22 ans mais bon !) avaient leurs parents), mais ça ne l’a pas empêché de discuter avec bon nombre de personnes, et – à l’instar de Rupert – de passer un temps fou à signer des autographes. Ses premiers mots à Alex (le présentateur) furent « c’est la première fois que nous avons du soleil pour une première ». Il n’a presque pas réussi à terminer son petit discours tellement nous étions enthousiastes de le voir et scandions « Neville, Neville, Neville.. » (Ba oui ça reste l’un des personnages clés de la fin de la guerre quand même !). Niveau fringues, très classique et sobre, costume-cravate noirs. Un des acteurs ayant le plus de peps je dirais, il courrait partout, passant de groupes de fans à d’autres, pour revenir au début etc…

Ensuite, les arrivées furent plus nombreuses et rapides. Veuillez m’excuser si l’ordre n’est pas complètement exact, mais entre le moment où ils arrivaient et celui où je les voyais de près sur le tapis, il pouvait se passer un certain temps.

Par contre, je suis certaine de ne pas avoir manqué Tom Felton (Drago Malefoy) qui est définitivement mieux avec un blond plus foncé que le platine de son personnage. Il était, comme à l’accoutumée, accompagné de sa maman et de Jade, sa fiancée qui interprète également Astoria Greenglass pendant 5 secondes dans le film. Celle-ci avait d’ailleurs une superbe robe bustier blanche, à l’esprit très mariée, signée Bowie. Lui, était aussi élégant que d’habitude, il est toujours bien conseillé sur le plan vestimentaire pour ce genre d’évènements. Il a souvent tendance à porter du Vuitton, mais cette fois-ci, je n’en sais rien et je n’ai pas cherché. Très à l’aise et souriant, on pouvait sentir toute la complicité qu’il avait avec ses partenaires de tournage.

Harry Potter premiere Tom Evana

Ce fut d’ailleurs le cas avec Michael Gambon (Albus Dumbledore) qui l’a rejoint sur scène. Un monsieur très élégant et jeune dans sa tête, à l’image de son personnage. Je me souviens bien de l’agent de sécurité près de moi qui nous a fait scander son nom pour l’attirer. Il est émouvant de se souvenir que tout le monde était heureux d’être là : aussi bien les fans, que les acteurs, le staff ou encore les divers agents de la ville.

Evanna Lynch (Luna Lovegood) a signé de nombreux autographes à l’extérieur avant de rejoindre le square principal. Elle était toute jolie, vêtue d’une robe de dentelle blanche signée Julian Macdonald. Elle s’est montrée très ouverte, allait vers les gens et acceptait beaucoup de demandes de ses fans. Son personnage est l’un de mes préférés. Elle a expliqué qu’étant fan des livres, elle s’est présentée au casting en étant très sereine. Quel rêve que son aventure : pouvoir se retrouver sur le même tapis rouge que ces acteurs qu’elle admirait dans les films précédents.

Je pense que les jumeaux James et Oliver Phelp (Fred et George Weasley) sont arrivés à peu près à ce moment, mais sont restés plus vers l’extérieur et on fait une traversée éclair du tapis rouge pour être interviewés, avant de revenir vers la fin signer des autographes. Ils étaient tous les deux bruns, l’un ayant les cheveux plus longs que l’autre et portaient de chics costumes beige et bleu/noir foncé. Très sympathiques, mais ça je crois que personne n’en doute ! Interpréter des jumeaux Weasleys vous offre un capital sympathie en plus de la part des spectateurs à mon avis.

Puis ce fut le tour des deux mères d’arriver. Tout d’abord, Helen McCrory (Narcissa Malfoy) vraiment ravissante dans une longue robe rouge. Clairement, une fois éloignée de son personnage et de sa coiffure étrange brune/blonde (qu’elle a d’ailleurs critiqué avec humour), elle est sublime et parait plus abordable. Elle était accompagnée de son époux Damian Lewis (qui joue Winters dans Band of Brothers et Brody dans Homeland). Elle n’a pas pu s’approcher de trop près.

Puis Julie Walters (Molly Weasley) fut présentée et grandement applaudie. Elle avait les cheveux courts gris/blanc au naturel, ce qui change bien évidemment du roux si caractéristique des Weasleys. Beaucoup de charisme et un superbe sourire. Après s’être aperçue dans le grand écran, elle a sorti une blague sur son poids.

Ensuite, Clémence Poésy (Fleur Delacour) est passée rapidement et n’a pas énormément signé d’autographes (en tout cas pas de mon côté, elle est restée sur la partie gauche), ce qui m’a un peu déçue car je vouais un culte à cette jeune femme. Elle était d’ailleurs très sculpturale dans sa robe blanche Nina Ricci et ses démentes compensées noires. Bien contente qu’une aussi jolie et intelligente femme représente les françaises dans la saga (surtout que son personnage est loin d’être aussi futile qu’il peut le paraitre au premier abord).

Harry Potter premiere Julie Clemence

En même temps que Clémence, son mari à l’écran Domhnall Gleeson (Bill Weasley) signait également des autographes, mais en prenant plus le temps. Il avait une couleur de cheveux un peu moins rousse que dans le film, une sorte de blond vénitien que j’ai trouvé fort joli. Je ne crois pas l’avoir vu de près toutefois.

Ensuite, Bonnie Wright (Ginny Weasley) est apparue. Vêtue d’une robe pèche Miu-Miu, très travaillée, il ne lui manquait qu’un sourire, mais c’était sans compter sur sa belle voix qui m’a ensorcelée. Je ne les ai pas vus arriver ensemble, mais je suppose qu’elle a du venir avec Jamie Campbell (Gellert Gridelwald) avec qui elle était fiancée à l’époque (ils ont rompu depuis – attention, ce blog devient people). Celui-ci était d’ailleurs bien beau, avec ses cheveux blonds relâchés et son costume noir. Pour être honnête, je ne me souvenais même plus qu’il jouait dans le film, je le connaissais uniquement comme « le copain de Bonnie ».

Warwick Davis qui interprète trois personnages (le Professeur Flitwick, Gripsec et le premier gobelin qui parle à Harry dans le premier film) est venu en famille. Je ne saurais trop parler de lui, je l’ai très peu vu, il y avait beaucoup d’acteurs à ce moment là et il s’est peu approché. Mais ce qu’il a raconté était très intéressant. Ce doit être tellement fascinant de composer des rôles différents dans un tel film.

Robbie Coltrane (Rubeus Hagrid) est ensuite apparu vêtu d’un costume bleu foncé. J’ai découvert plus tard que Maggie Smith (Minerva McGonagall) l’accompagnait, ce qui m’a grandement soulagée car elle avait été annoncée malgré sa maladie qui l’empêche de trop bouger et en ne la voyant pas,  j’avais eu un pincement au cœur. Robbie est passé très rapidement, il a surtout été très présent auprès des journalistes

Davis Yates et David Barron (réalisateur, producteur) furent les suivants. Pour être honnête, je les ai écoutés mais j’ai du mal à me souvenir de les avoir vus et je n’ai que peu de vidéos et de photos avec eux. Yates a parlé du dernier film, notamment d’une de mes scènes préférées du roman (la forêt). Il est important de constater que l’équipe de réalisation est constituée de fans convaincus de la saga (certains se sont même excusés auprès de leur femme de passer plus de temps avec Harry qu’avec elles).

Puis ce fut au tour d’Emma Watson  (Hermione Granger). Elle était très attendue, et quelle apparition ! Vêtue d’une magnifique robe Oscar de la Renta, elle resplendissait. Les cheveux courts lui allaient à merveille. Elle n’a pas beaucoup signé d’autographe à l’intérieur du square étrangement, alors qu’elle avait été très active à l’extérieur, ce qui est le seul point négatif que je peux émettre la concernant. Je crois, sans mentir, que c’est la personne que j’envie le plus au monde. Je me souviens encore qu’à 11 ans j’avais envoyé une lettre en Angleterre pour demander à passer le casting du personnage d’Hermione, je connaissais trois phrases d’anglais, mais j’y croyais. C’est une jeune femme que j’aime profondément et je suis aux anges d’avoir pu l’approcher autant et de la voir si sympathique avec les fans. Elle a remercié tout le monde, parlé également du baiser avec Ron, et de la fin des films. Elle n’était pas aussi émue à ce moment qu’elle le serait à la fin ; à vrai dire, elle en profitait pour saluer des connaissances !
 

Harry Potter Premiere Emma Watson

Alex Watson, son frère, était également présent à signer des autographe etc… Il semblait bien apprécié malgré le peu d’apparitions qu’il a dans les films (merci soeurette).

Il y a ensuite eu Jim Broadbent (Slughorn), qui est un acteur que l’on voit souvent dans les films anglais et qui de fait, pour moi, représentait bien plus que son simple personnage de professeur de potions.

Je précise que Tom Felton à ce moment là était TOUJOURS sur le tapis rouge près de moi à signer des autographes (alors qu’Emma avait déjà disparu pour se faire interviewer).

Je ne sais pas quand ils sont arrivés mais il y a également eu : Ciaran Hinds (Aberforth Dumbledore) qui ne ressemble pas du tout à son personnage, donc qui n’a pas été aisé à reconnaitre. Mais il est arrivé dans une période de grand rush. A noter la présence de Miriam Margolyes (professeur Chourave), Ralph Ineson ( le frère Carrow), Afshan Azad (Padma Patil), Jesse Cave (Lavande), Alfred Lewis (Dean Thomas), Devon Murray (Seamus Finnigan), tous les « petits » : le jeune Rogue, la jeune Lily ; le jeune Sirius, et également les enfants de Harry/Ginny et Ron/Hermione.. Je n’ai pas vu Scorpius, mais il me semble que l’acteur a dit y être allé. A noter également la présence d’Alexandre Desplat, qui est un merveilleux compositeur et qui a intelligemment su succéder au maitre qu’est John Williams.

J’en profite pour mentionner ceux passés pour se faire voir, donc les guests : Pixie Gedof (mannequin, it-girl),  Amanda Byram ( présentatrice), John Terri et Theo Walcott (footballeurs), Jonathan Ross (présentateur), Leslie Phillips (acteur), Mollie King (chanteuse), Guy Ritchie (réalisateur), Anna Wintour (directrice de Vogue), Tim Burton (a-t-on besoin de présenter ? C’était le compagnon d’Helena Bonham Carter jusqu’à fin 2014) , les McFly (un groupe dont les françaises m’accompagnant étaient fans.. c’est simple, il y avait Tom Felton à un mètre, et elles, elles hurlaient le nom des chanteurs à 10 mètres), oh et un acteur de X-men dont je ne me souviens plus du nom. Il y en avait d’autres, mais inconnus pour moi.

Pour retourner aux acteurs du film, Ralph Fiennes (Voldemort) est ensuite arrivé. Qu’il est grand, qu’il est charismatique, qu’il est formidable ce Ralph ! J’adorais cet acteur bien avant qu’il ne joue dans les Harry Potter et j’ai été aux anges de pouvoir l’approcher. Mini anecdote personnnelle, mais quand j’ai dit à ma maman que j’allais à la première, elle s’est juste exclamée « salue Ralph pour moi », une histoire de famille cet homme ! Ca parait évident, mais il ne ressemble en rien (a priori) à son personnage, il est doux et gentil, bien qu’avec un petit coup d’œil flippant à l’occasion. Il avait un costume très sombre, en adéquation avec son rôle.

Harry Potter premiere Helena Ralph

La suivante fut  Imelda Staunton (Dolores Ombrage) dont je ne retiens jamais le nom. Elle souriait mais son sourire était le même que celui de son personnage dans le film. J’avais l’impression d’avoir Umbrige face à moi. Heureusement elle n’était pas vêtue de rose, mais portait un ensemble noir si mes souvenirs sont exacts.

Ensuite, sont arrivés ensemble Héléna Bonham Carter (Belatrix Lestrange) et Mark Williams (Arthur Weasley). Héléna était merveilleuse ! Tout d’abord, son look : rien à dire, une robe verte/noire Vivienne Westwood, un sac à main étrange et des lunettes très tendances, un peu à la Lennon. Et puis qu’elle personnalité ! Elle a été très applaudie, malgré son personnage effroyable. Elle a expliqué le déroulement du tournage, le dédoublement de rôle quand elle joue le personnage d’Hermione. Je suis très heureuse d’avoir pu la voir, c’est une personne que l’on sent passionnante, un peu excentrique et très douce.

Pour Mark Williams, je ne l’avais même pas reconnu, je pensais qu’il s’agissait d’un ami d’Helena pour vous dire. Cette erreur mise à part, il a un de ces bagouts, quelle tchatche !

Natalia Tena (Nymphadora Tonks) était également présente, vêtue d’une robe blanche très fleurie et colorée avec des super bottes de cow-boy. Ce qui est agréable avec elle c’est qu’elle est très souriante et très vive ! On en regrette que son personnage ne soit pas plus développé dans le film, et même dans le livre.

Evidemment Davis Thewlis (Rémus Lupin) était de la partie ! Je l’ai trouvé très charmant et j’ai adoré ses lunettes de soleil qui lui donnait un style délicieusement négligé (et cachait ses yeux fatigués). Mon problème principal en ce qui le concerne tenait au fait qu’il était sur le tapis rouge en même temps que mon crush de la vie Alan, ce qui me causait des difficultés à savoir où regarder. C’est un acteur que j’ai trouvé très sympathique, et je suis ravie de ce choix de casting.

Harry Potter Premiere Alan Dan

L’arrivée d’Alan Rickman (Severus Rogue) fut un grand moment. C’était l’acteur anglais (avec Colin Firth) à propos duquel je gonflais toutes mes connaissances. Lui et J.K Rowling étaient les deux personnes que je tenais absolument à voir, et mes vœux furent doublement exaucés ! Il avait un costume noir, bien fermé au col blanc, les cheveux blancs. Et il était trop cool. Voilà, c’est dit ! Sa voix était géniale et rauque à souhait, il s’est révélé très amusant et humble, il a beaucoup souri, lui qui pourtant n’aime pas les avant-premières. Avec Rupert, Dan et Rowling, ce fut l’un des plus acclamés et il en est resté d’une simplicité exemplaire. Et quel calme pour signer les autographes. Les fans poussaient et tapaient, mais lui prenait tranquillement son temps. Sa disparition me peine beaucoup, une vraie lumière s’est éteinte.

Et puis Daniel Radcliffe est finalement apparu à son tour. Vous pouvez deviner les tonnerres de cris et d’applaudissements ! Même moi qui ne suis pas sa plus grande admiratrice ai été très émue de le voir, (c’est d’ailleurs à ce moment que j’ai commencé à craquer). Il avait un très seyant costume gris-bleu qu’il portait élégamment. Par contre, ce qu’il est petit ! A préciser qu’il avait spécialement fait le voyage depuis les Etats-Unis et était arrivé dans la journée. Il devait être crevé mais n’a rien laissé paraitre ! Il a déclaré avoir écouté beaucoup de Radiohead pour se mettre dans le rôle, ce qui est un choix très logique.

Il n’a pas parlé très longtemps car il a été rapidement rejoint par la merveilleuse Joanne K. Rowling, vêtue d’une audacieuse robe Oscar de la Renta verte et rose, qui dans un sens était parfaitement adaptée ! A ce moment, j’étais partie ! Quel bonheur de la voir et de l’entendre parler de son œuvre ! Cette femme est incroyable, et la preuve en était ici : nous étions 8000 à avoir attendu sous la pluie, à venir de loin, rien que pour pouvoir lui dire merci.

Harry Potter Premiere JK Rowling

Son discours fut très émouvant, je ne me souviens pas de tout tellement je sanglotais, mais je me rappelle surtout de ses remerciements, et nous n’avons pu que lui crier « merci, merci, merci » en retour. Que dire d’autre ?
Daniel et elle ont parlé ensemble, il l’a remerciée en expliquant que tout ce qui allait lui arriver dans sa carrière, il le devait entièrement à elle. Ils se sont lancés dans les signatures.

Il y a alors eu un peu de mouvement, je me suis avancée en direction de la scène et également près du coin où les journalistes prenaient des photos, car c’était par là que les acteurs repartiraient (pas folle). Il y avait bizarrement très peu de fans à cet endroit, à peine une rangée, avec pas mal de trous. Et là attention, grosse surprise, j’ai croisé Darren Criss ! C’est-à-dire mon acteur préféré dans Glee. Il était accompagné de Jo (celui qui interprète Voldemort dans « A Very Potter Musical ») et ils faisaient les imbéciles ! Contente d’avoir eu autant de chance. J’ai filmé une rapide vidéo (je ne savais plus faire de photos cette journée-là) puis ils se sont éloignés et j’ai reporté mon attention sur la scène.

Les producteurs, réalisateurs ainsi que Emma, Joanne, Rupert et Daniel s’étaient rassemblés sur la scène pour un dernier discours. Je ne saurais tout retranscrire, tellement de choses ont été dites, notamment des remerciements. A l’égard de Joanne pour avoir encouragé les gens à lire à nouveau, pour avoir mis à la mode les lunettes et les cheveux roux. Daniel les a remerciés de lui avoir offert ce travail en disant qu’il avait eu beaucoup de chance, ce à quoi Emma a répondu qu’il le méritait. Celle-ci pleurait, Rupert n’était pas très bien également et avait du mal à parler. C’était aussi le cas de Joanne qui a même mentionné vouloir en écrire un autre, avant de préciser qu’il s’agissait d’une blague. Beaucoup de « merci » furent échangés, aussi bien de la part des acteurs, des fans, de l’écrivain, que des réalisateurs. Joanne a conclu en annonçant qu’il y aurait toujours une place à Poudlard pour nous (j’étais bien évidemment toujours en sanglots depuis 30 minutes : la fatigue, la faim, la joie, tout se mélangeait). Elle était si émue que l’on sentait bien que ses larmes venaient du cœur.
Voici le fameux discours :

Les acteurs ont ensuite dû partir à la diffusion du film, mais certains ont mis plus de temps que d’autres pour y aller. Comme je l’ai dit je me trouvais juste à la sortie, à un mètre de toutes les voitures donc j’ai pu voir tout le monde une dernière fois, remercier J.K. Rowling (j’avais l’intention de filmer cet instant, mais mon appareil est tombé en rade de batterie PILE au moment crucial), parler un peu avec Rupert, saluer Emma etc… Par contre pas vu Dan.

Que dire.. Des années après, je ne regrette pas d’avoir suivi ma pulsion de me rendre à cette avant-première, j’ai conscience que je m’en serais voulue toute ma vie si je ne l’avais pas fait. Cela m’a permis de réaliser un rêve que j’avais cru impossible : remercier JK Rowling. J’ai également rencontré de merveilleuses personnes. Je suis si heureuse d’avoir pu être là, merci, merci, merci !

Les photos jusqu’à la présentation des acteurs m’appartiennent. Par contre celles après ne sont pas les miennes (peu esthétiques et à dire la vérité, je n’ai pas osé prendre de photos quand les acteurs étaient proches, cela me gênait terriblement). Les autres photos sont celles des journalistes. Celle de Joanne appartient à REUTERS/Dylan Martinez.

4 Comments

  • Merci pour le partage de cette expérience qui devait être géniale à vivre.

    N’aimant pas trop les bains de foule et les nuits blanches (surtout sous la pluie^^) c’est probablement un truc que je n’aurais jamais pu faire mais vu ton enthousiasme, j’imagine que les efforts ont été récompensés au centuple !

    • Merci à toi, en effet, une des meilleures expériences de ma vie, c’est certain. Dans la logique d’éviter d’avoir des regrets tout ça..

  • Merci de nous avoir fait partager ça !
    Je suis comme toi une fan absolue des livres, un peu moins des films (mon Harry et mon Poudlard sont forcément plus merveilleux), mais ça ne m’a pas empêchée d’être émue aux larmes en lisant ton article, encore plus en regardant le discours de JK Rowling ! Alors j’imagine ce que ça aurait donné si j’avais pu les voir en vrai, après une nuit blanche sous la pluie et 48h d’attente ! Et c’est tellement vrai tout ce que tu dis au sujet de la gratitude qu’on éprouve envers elle, tous nos rêves sortent de la tête de cette femme, c’est incroyable !
    Et c’est vrai aussi qu’on peut retourner à Poudlard quand on veut, il suffit d’ouvrir un livre !

    • Tu as bien raison ! En quelques secondes on y replonge : il n’y a qu’à fermer les yeux ! Merci beaucoup pour ton gentil commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *