Faut-il aller à SeaWorld ?

seaworld

Qui n’a jamais rêvé d’observer les orques et dauphins de plus près, ou encore de les nourrir et de jouer avec eux ? Chacun d’entre nous probablement. Mais, peut-être est-il temps de voir au delà des apparences ?

J’ai déjà commis des erreurs dans ma vie et j’en commettrai sans doute d’autres. Pour autant, je pense que chacun de ce que je considère être des échecs, doit me servir à m’améliorer pour faire en sorte que je ne reproduise plus la même bavure, et, pourquoi pas, pour éviter que d’autres la commettent. On ne peut changer le passé, alors autant se mobiliser pour créer un futur en adéquation avec nos valeurs.

L’erreur dont j’ai envie de parler aujourd’hui concerne Seaworld, ce grand parc mixant attractions dynamiques, spectacles et observations d’animaux marins. Il en existe une dizaine aux Etats-Unis, Marineland est son pendant français et vous en retrouvez un peu partout à travers le monde sous d’autres désignations. Je m’y suis rendue une fois, il y a plusieurs années de cela. Une fois, et ce fut bien trop.

Je ne suis pas une activiste, ni une militante politique (même si je ne cache pas mon attachement à la cause animale qui s’est traduit par des choix sur mon quotidien, notamment alimentaires et cosmétiques) mais je tenais à parler de ces parcs, du point de vue d’une jeune femme trop naïve qui y partait sans arrière-pensée et surtout sans s’être renseignée sur ce qu’elle allait voir.

seaworld entrée

SeaWorld apparait comme un joli parc, tout est coloré, il y a de la musique, de la nourriture, le soleil y brille souvent.. Il propose de nombreuses attractions, plus ou moins en rapport avec les animaux marins (à préciser il y a des attractions à grande vitesse, un observatoire, un dynamique avec un écran à 360° qui, eux, n’utilisent pas d’animaux). Et il y a les animaux. On peut voir des spectacles, les observer dans leurs bassins, les nourrir, nager avec eux.. une merveille, non ?

Pourtant, dès les dix premières minutes de mon entrée dans le parc, j’ai compris mon erreur. J’ai quasi-immédiatement perçu que quelque chose n’allait pas et que les images que j’avais en tête ne correspondaient pas à la réalité. Je n’avais jamais vu de reportages sur le sujet, les célèbres (et très bons) Blackfish et Cove n’étaient pas encore sortis et c’était la première fois que je me rendais dans ce genre de parcs. Toutefois, même la toute jeune femme complètement ignorante sur le sujet et fascinée par les animaux que j’étais n’a pu manquer les signes qui ne trompaient pas. Des bassins terriblement petits pour des animaux aussi gros que des orques, des ours polaires ou des belugas, deux spectacles quotidiens, des attractions continues, de très nombreuses blessures sur les animaux, notamment les dauphins. J’avais déjà vu des dauphins auparavant, mais jamais si « moches » : une peau pas nette, des marques blanches anormales, des crevasses, des morceaux de chair arrachés…

Seaworld dauphin

Et tout cela semblait prendre la forme d’un fastfood de la découverte animale : il fallait aller vite, toucher et voir tous les animaux, se prendre en photos, taper dans l’eau ou sur les vitres pour les attirer afin d’être satisfait le plus rapidement possible. Et le point principal : pas le moindre questionnement de la part des visiteurs. Je ne peux jeter la pierre aux gens qui ont payé pour entrer s’ils ne savaient pas ce qu’ils allaient trouver parce que ce fut mon cas mais je me souviens que l’une de mes premières (et si simplistes) remarques fut « Ils ont l’air un peu bizarres, non? » et m’être retournée pour voir si d’autres personnes paraissaient ressentir le même malaise que moi devant ce spectacle. Ces animaux n’étaient pas heureux, cela se voyait, cela se sentait et personne ne semblait réagir à cette évidence. Ce n’était pas de la découverte des animaux, une présentation de la faune marine dans son habitat reconstitué : c’était de l’exploitation pure et simple.

Mon erreur principale fut de ne pas m’être renseignée avant d’y aller. Et si les grands reportages sur le sujet ne sont sortis qu’après mon voyage, je suis certaine qu’il y avait déjà des mentions à ces traitements et c’est de ma faute car je n’ai pas été suffisamment consciencieuse et j’ai fait confiance sans me questionner. Comme je l’ai dit, de chaque erreur, on en retire une leçon. La mienne est que je ne vais dorénavant plus dans un endroit sans vérifier qu’il est éthique aussi bien pour les humains que pour les animaux. Et cela fait des années que je m’y tiens. Il existe de nombreux endroits dans le monde proposant des attractions via l’exploitation d’êtres vivants : les temples de tigres en Thaïlande (qui ont été fermés il y quelques mois mais je préfère le mentionner au cas où cela reviendrait), les balades à dos d’éléphants, les nages intensives avec les dauphins, les cirques etc..

Je n’ai jamais dit, aussi bien sur ce blog que dans mes vidéos, à quelqu’un ce qu’il devait faire de son temps, son argent, sa vie. Pourtant, je me permets de le faire cette fois-ci : ne commettez pas la même erreur que moi : renseignez-vous ! Nous n’avons plus d’excuses. Toutes les informations sont à notre disposition, il faut les utiliser et agir en conséquence. Je vous encourage à découvrir plus de détails sur ces parcs (et je le répète si SeaWorld est le plus connu, il n’est pas le seul : nous avons la même chose en France !), la façon dont sont capturés, traités et éduqués ces animaux.

raie seaworld

Bien évidemment, un tel discours peut entrainer d’autres questionnements : pourquoi déconseiller la visite des parcs et pas le port de fourrure, le combat d’animaux, la consommation de viande ? Je suis fondamentalement d’accord avec ces idées et je suis active sur ce plan dans ma vie quotidienne mais c’est une décision qui ne peut venir que de chacun d’entre nous. Je doute fortement que vous appréciez que je vous dise comment vous devez agir ou penser. Tout ce que je peux faire c’est vous encourager à rechercher plus d’informations sur ces thèmes et y réfléchir. De plus, à toujours prôner une logique du « tout ou rien », il y a peu de chances pour que ce combat avance et il est primordial de ne pas culpabiliser incessamment les individus mais plutôt de les éduquer et de faire connaitre ces pratiques ainsi que leurs effets.

On a vite tendance à vouloir vous placer dans une case parce que vous dénoncez une situation. Vous aurez ceux qui considèrent que vous n’allez pas assez loin dans vos propos (je leur répondrais, en l’espèce, que la ligne éditoriale de ce blog a plus trait aux parcs de vacances qu’au port de la fourrure, même si je suis fermement opposée à son utilisation). Et de l’autre côté, vous aurez ceux qui vont considérer que vous ne vous intéressez pas aux autres sujets : migrants, pauvreté, maladie, place des femmes, sécheresse, ce qui est particulièrement absurde parce que c’est un combat global en vérité qui doit rapprocher plutôt qu’éloigner. Il est évident que chacun de ces combats nous touche, mais il est également normal d’être plus sensible sur certains sujets (ou tout simplement d’avoir plus de choses à partager dessus) de par notre vécu, nos expériences et affinités.

Ce sujet de loisir et d’exploitation animale est très vaste et complexe. Il n’y a malheureusement pas un seul schéma de pensée et il est important de prendre en compte tous les facteurs d’une situation, notamment celui de la nécessité, SANS SOUFFRANCE, de la préservation d’espèces (c’est la problématique des zoos puisque certaines espèces n’existent plus que grâce à eux, la chasse intensive faisant rage dans leur pays d’origine). Néanmoins, il est évident que je déconseille personnellement tout ce qui a trait à l’exploitation et à la souffrance animale pour la satisfaction de plaisirs égoïstes. Eduquez-vous sur le sujet, vous pourriez être surpris par l’envers du décor.

18 Comments

  • Je suis totalement d’accord avec toi aussi sur le fait qu’il faut toujours ce renseigner sur où l’on va surtout maintenant que l’on peut avec les nouvelles technologies. Moi je ne vais nul part sans savoir certaines choses à propos de l’endroit.

    Très bon post ! Continue ainsi

    • Merci de commentaire. C’est une bonne chose que tu te renseignes, tout est en effet facilité par les nouvelles technologies. Quand j’étais plus jeune, cela n’était absolument pas possible, cela ne passait que par les journaux papiers ou les reportages tv, maintenant, c’est plus simple.

  • On ne pourra pas revenir en arrière, mais on peut apprendre des erreurs du passé.
    A une époque ou internet était une exception dans de rares foyers, il était difficile de se renseigner sur les conditions dans lesquelles les animaux vivaient, et le bien être de l’animal, reconnu comme un être vivant doué de sensibilité et non un bien meuble est vraiment récent.

    Aujourd’hui l’information va très vite, et les mentalités évoluent. Le grand public n’a découvert les massacres de globicéphales aux iles Feroe que véritablement cette année, encore un peu de patience et les gens ouvriront encore un peu plus les yeux.
    Par exemple, pour revenir sur le thème des parcs aquatiques, de plus en plus de voix s’élèvent contre Marineland, alors qu’elles se taisaient avant. Il faut laisser faire les choses, parce que les consciences se réveillent, ça met du temps, mais ça se fait.

    • Merci de ce commentaire et partage, je suis ravie de pouvoir connaitre ton avis sur ces sujets qui sont variés et complexes. Mais en parler est déjà le premier pas.

  • Merci beaucoup pour cet article !
    Je partage ton avis à 100% ! J’ai d’ailleurs publié un message sur le parc de ma ville (Lyon) ou il y a des animaux tels que des ours qui n’ont pas d’espace, qui tournent en rond toute la journée et qui sont très malheureux. Beaucoup de gens s’arrêtent à ce qu’on peut leur dire  » c est pour leur bien , ils sont mieux ici, dans la nature ils ne survivraient pas  » sauf que ces gens oublient qu’avant d’être en captivité, beaucoup de ces animaux, ou au moins leurs ancêtres vivaient en liberté.
    A notre époque et dans notre pays, je suis scandalisée que les gens emmènent leurs enfants au cirque et dans ces parcs en sachant pertinemment ce qu’il s’y passe ! Ca me rend très triste alors merci beaucoup pour ce joli article !

    Il y a quelques mois, une chaîne de 2 youtubeuses célèbres dont je ne citerais pas le nom, et dont l’une se dit  » végétarienne » publiait une photo d’elle dans un parc aquatique… c’est honteux…

    Bref gros bisous !

    • Oh merci de ce commentaire, je suis heureuse de connaitre ton opinion sur le sujet. C’est une bonne chose d’agir pour ses idéaux et tu as raison de t’impliquer si cela te tient à coeur. Il est cependant important de ne pas culpabiliser à outrance les autres, chacun doit prendre son temps pour réfléchir sur le monde qui l’entoure et tous les combats se valent. Il est difficile actuellement d’être éthiquement parfait (pas simple par exemple de trouver de bons vêtements ne provenant pas d’Asie – parce que l’éthique concerne également les humains et surtout les enfants- même dans les grandes marques) mais c’est par petits pas que l’on peut faire bouger les choses. Je ne suis pas dans une logique de blâmer les personnes qui pensent et agissent différemment mais plutôt dans l’encouragement d’en découvrir plus. Bisous.

  • A 300% d’accord avec toi ! Merci pour cet article, c’est important que les gens en parlent ! Si tu le permets, j’aimerais bien le partager sur mon mur facabook? En mentionnant ta page si tu en as une bien sur 🙂
    Bisous

    • Bonjour, ravie que ça te plaise. Bien entendu, tu peux partager cet article, c’est fait pour cela 🙂 Je n’ai pas de facebook cependant mais tu peux me retrouver sur les autres réseaux sociaux et youtube. Bisous.

  • Complètement d’accord avec toi. Et comme tu dis, on apprend de ses erreurs. Nulle n’est parfAIT. Jeunette, je suis souvent allée au Zoo sans me rendre compte de l’évidence. Mais comme tu le suggères aussi, ce n’est pas tout blanc ni tout noir. Certains parcs tournés vers la protection de la biodiversité savent prendre en compte le bien-être animal par le biais d’enclos vastes et proches du milieu naturel, d’une alimentation adaptée, etc. Il y a quelques mois, j’avais publié un article sur la nage avec les dauphins en liberté, et même cette activité en milieu naturel, me pose question. Ça m’intéresserait d’avoir ton avis, c’est par ici : http://ocealie.com/2014/04/06/nager-avec-des-dauphins-en-liberte-le-reve/

    • Merci de ton commentaire et avis ! Je partage tout à fait tes propos sur les zoos tournés vers la protection de la biodiversité. C’est un sujet assez épineux pour moi car je ne peux pas être complètement opposée à ces zoos permettant de protéger certaines espèces (des félins, rhino etc) et je pense qu’il faudrait aller beaucoup plus dans ce sens : des sortes de grandes réserves protégées des braconniers et surtout de la corruption des gouvernements. Mais dans un monde où les populations meurent de faim, de soif, cherchent à rattraper leur retard sur les pays développés etc, ce n’est pas une mince affaire.
      Pour la nage avec les dauphins, tout dépend de ce que l’on entend par là. Honnêtement je ne suis pas choquée par quelqu’un qui, s’il voit un groupe de dauphin depuis son bateau décide de piquer une tête pour se rapprocher (libre aux dauphins de rester jouer, l’ignorer et vivre leur vie ou partir).. En revanche, si c’est organisé par l’homme et que les dauphins restent dans une sorte de réserve cela me dérange beaucoup plus. Après j’ai conscience que ma vision est relativement utopique parce que le premier concept a de fortes chances de finir par le second sur le long terme. Je suis allée lire ton article sur ton expérience.. c’est mieux que via un parc bien entendu mais je comprends ton avis mitigé..ce côté trop organisé pourrait également me gêner. Merci de ce partage !

  • Je crois que tout est dit dans cet article sur la dure réalité des animaux vivant en captivité et là, juste pour amuser des gens…ces parcs devraient fermer à tout jamais

  • Merci pour cet article 🙂 J’avais déjà regardé ta vidéo mais pas vu que tu en avais également fait un article, et c’est en surfant dessus. Pour moi c’est plus fort que pour toi (je ne me base bien sûr que sur ce que j’ai pu lire de ta plume ici-même ou dire sur ta vidéo, je me trompe peut-être) dans le sens où c’est LE combat de ma vie, la captivité des orques et dauphins. Comme toi, j’ai été à Marineland, l’été 2013, et je ne savais rien. Sauf que contrairement à toi ce n’est pas du tout sur place que j’ai ouvert les yeux. J’ai pas mal tendance à être naïve et cette erreur là fait partie du TOP 5 de celles que je regrette le plus profondément dans ma vie jusqu’ici.

    C’est un jour, même pas deux mois après, en flânant sur la page facebook de Marineland et en lisant les commentaires sous une photo que j’ai tiqué face à l’un d’entre eux : comment ça ils sont maltraités, comment ça ils ne sont pas heureux, comment ça ils ne sont pas nés en captivité, comment ça c’est de l’exploitation ??? le commentaire mentionnait le documentaire the Cove, alors je suis allée voir la bande annonce et je suis tombée des nues, avant d’acheter direct le dvd. Et bizarrement quand je suis revenue sur la photo, les « mauvais » commentaires avaient totalement disparu… ce qui m’a encore plus fait douter.

    Et c’est lorsque j’eu fini de visionner le documentaire que j’ai totalement changé de camp, comme ça, en moins de 2h. Et depuis, j’essaie à ma toute petite échelle de me battre contre ça en me contentant de partager des publications à ce sujet sur les réseaux sociaux. Je n’ai vu Blackfish qu’environ un an après, ce qui m’en a encore plus appris et m’a encore plus convaincue. Et j’en apprend encore tous les jours. Alors pour moi, ça va au-delà du stade de la prise de conscience car ce fut un vrai électrochoc puisque cette cause est devenue, je le crois, une de mes raisons d’être sur terre.

    Donc je suis plus virulente que toi à ce propos, vraiment passionnée et très vite énervée. MAIS je précise toujours que je ne blâme pas ceux qui ignorent cette vérité atroce. Ce serait n’importe quoi. Par contre quand on insinue que je suis hypocrite ça me fait mal parce qu’au contraire, je SAIS que si j’avais été au courant plus tôt, je n’y serais jamais allée ou bien j’aurais annulé au dernier moment, puisque j’ai malgré moi contribué à un malheur sans nom. Les personnes à qui j’en veux sont celles qui sont responsables de cette industrie, et j’avoue que vu toutes les infos que je donne à certains proches à ce propos, j’aurais du mal à comprendre qu’ils y aillent car pas l’excuse de ne pas savoir. Et ce n’est pas forcément sur place qu’on se rend compte du problème. Seulement, ils refusent de voir les documentaires que je leur ai conseillé maintes fois afin qu’ils me comprennent mieux. De toute manière, à partir du moment où une personne considère que l’animal vaut moins que l’être humain, qu’il ne ressent pas, je pense que c’est peine perdue.

    Je conclurai juste en disant que lorsqu’on m’attaque à ce sujet ça me fait à la fois sortir de mes gonds et me blesse profondément, dans le sens où, comme dit plus haut, c’est quelque chose de tellement important pour moi, et ils le savent, que c’en est méchant, irrespectueux. Surtout lorsque certains d’entre eux sont chasseurs et que je ne suis jamais tombée sur leur dos à ce propos malgré le fait que ça aille à l’encontre de mon amour pour les bêtes.

    Je compte ouvrir une catégorie à ce sujet aussi bien sur mon blog que sur ma chaîne youtube, mais j’ai du mal à savoir comment le formuler correctement car je ne veux et ne peux pas être aussi « neutre » que toi (j’espère que tu comprends ce que je veux dire par là) mais comme tu le dis, ce n’est pas en attaquant qu’on est écoutés, ce n’est pas ce que je veux, mais j’ai souvent du mal à trouver mes mots surtout quand c’est quelque chose qui me touche énormément. Je l’ai d’ailleurs constaté lorsque j’ai manifesté avec les associations c’est assez, sea shepherd et d’autres l’été 2015 : certains se plaignaient qu’on ne criait pas donc ça servait à rien d’être venus, et ça m’énervait : ce n’est pas en agressant les gens qu’ils vont avoir envie de faire des recherches. J’ai pu y rencontrer John Hargrove et Richard O’Barry en tout cas et c’est un de mes meilleurs souvenirs / fiertés.

    D’ailleurs, je rêverais de rejoindre les gardiens de la baie à Taiji qui sont là bas tous les ans pour être présent de mars à septembre et prendre des photos afin de témoigner en temps réel de ce qui se passe (blue cove day, red cove day) même si j’ai conscience du risque d’en être traumatisée, je le sens, il FAUT que je le fasse un jour. Les dauphins ont toujours été des animaux par lesquels je suis profondément attirée, et j’irais même plus loin puisqu’il y a pleins d’animaux que j’aime énormément, mais j’ai l’impression de les comprendre et de me reconnaître en eux (probablement lié à mon extrême sensibilité). Les orques me fascinent. Leur intelligence hors norme rend la captivité absolument inadmissible et on a eu à tellement de reprises la preuve que ça les rend agressifs, fous, suicidaires, etc. que je ne sais pas comment, en voyant des vidéos et articles, on peut continuer à croire qu’ils y sont « mieux ». Mais je m’éloigne. Si on me lance là dessus je ne m’arrête plus comme tu vois ^^

    En tout cas pour mes vidéos sur le thème, j’attends d’avoir de bons outils techniques car je souhaite le faire dans un décor approprié (donc idéalement devant la mer) et tant que je n’ai pas de micro c’est impossible, je tiens à être satisfaite du résultat et malgré mon amour pour la lecture, les animaux passent avant dans mon coeur.

    Belle soirée à toi ! 🙂

    • Coucou, merci pour ton commentaire et témoignage. Je me souviens que nous avions parlé de ton projet en effet. Cela te convient parfaitement et j’espère que tu continueras à apprendre et partager sur le sujet, ça en vaut la peine.

  • Voilà le genre d’article qui éveillera certaines consciences précisément parce qu’il n’est pas injonctif et qu’il ne te pose pas en donneuse de leçons.

    D’une manière plus générale, j’aime bien le ton de ton blog et ta façon de présenter tes voyages avec humilité et honnêteté, comme lorsque tu évoques la ville de Munich. Il existe de plus en plus de blogs en français sur les voyages mais le tien à le mérite d’apporter une âme que je retrouve peu chez la plupart des autres blogs, à la façon d’un journal intime. Continue !

    • Merci beaucoup, je suis ravie que le blog te plaise. Je pense qu’il est important pour les blogs de miser sur la personnalité et de donner un peu de soi. Si c’est simplement pour faire une liste de choses à voir autant ouvrir un guide de voyage, ils seront toujours plus précis. Les blogs doivent être complémentaires et apporter un autre regard. En ce qui me concerne je me pose vraiment en personne lambda et je raconte tout simplement ce que j’ai vu, entendu,ressenti,appris. Ce n’est qu’un point de vue rien de plus, il y en a autant que de personnes sur terre, mais je trouve quand quand on parle de ce qu’on aime, les lecteurs se reconnaissent beaucoup plus et c’est ce que j’ai envie de partager. Donner envie aux autres de réfléchir et découvrir par eux-mêmes et pour eux-mêmes. Belle journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *