Cachez ce selfie que je ne saurais voir

Dachau

Chacun d’entre nous voyage pour des raisons qui lui sont propres, et c’est tout l’intérêt! L’une des miennes est de pouvoir m’éduquer et de m’enrichir de connaissances, que cela se fasse par le biais de visites ou bien de rencontres. La grande majorité de ces dernières sont très positives, mais je me suis retrouvée confrontée plusieurs fois à un comportement qui m’a choqué, peiné, énervé et rendu mal à l’aise.

Le selfie.

Nonobstant le fait que je ne sois pas une grande admiratrice de cette pratique (sérieusement ?), j’ai pu observer au cours de plusieurs voyages des comportements très dérangeants à ce sujet liés, notamment, à l’endroit où celui-ci était pris. Considérez-moi comme une réac si vous le souhaitez, mais je crois qu’il y a un moment pour tout et que certaines choses ne se font pas, tout simplement.

Non, un selfie devant les fours crématoires de Dachau n’est, pour moi, pas acceptable, pas plus que devant le Mémorial aux Juifs assassinés d’Europe à Berlin, la prison de Tuol Seng au Cambodge ou au Mémorial du 11 Septembre de New York. Et je passe sur les selfies avec les SDF dormant dans le métro ou autre instant de honte (pour le preneur de photos, bien entendu).

N’ayant jamais entendu parler de cela avant d’y être confrontée, j’ai fait quelques recherches en vue de poster cet article, et quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que le phénomène était bien plus étendu que tout ce à quoi je m’étais attendue. Dans les nombreux articles de journaux que j’ai pu lire sur le sujet, il était souvent question d’adolescents et s’il s’agit d’un point important, en l’espèce, les personnes que j’ai pu observer dans le camp de concentration de Dachau avaient bien 30 ans, aussi mon propos ne vise pas spécifiquement les plus jeunes, bien que la pratique même du selfie soit inévitablement plus utilisée par ces derniers.

Aussi étrange que cela puisse paraître, au vu de mes précédents propos, je n’ai pas ici l’intention de porter un jugement sur des individus que je ne connais pas, ma démarche en est bien éloignée, car, après tout, qui suis-je pour juger ? Cela ne m’empêche pas pour autant d’avoir une opinion sur un acte dont j’ai été témoin et qui a provoqué en moi un profond dégout.

Je l’ai évoqué dans mes articles sur le D-Day et mes séjours à Hiroshima et Nagasaki, le devoir de mémoire m’est très important. L’un de mes plus admirables professeurs m’a dit il y a un petit peu plus d’un an que les morts existeront tant qu’il y aura quelqu’un pour se souvenir d’eux et c’est une phrase que je chérie. Si je n’encourage pas les plus jeunes générations à se morfondre pour un crime dont elles ne sont pas coupables, je crois fermement qu’ils est primordial de les éduquer sur notre passé commun pour que cela ne se reproduise plus. Cela peut paraitre assez utopique si l’on observe la géopolitique actuelle, mais un peu d’optimisme n’a jamais fait de mal. La vie doit continuer, tout à fait, mais c’est à nous de faire en sorte qu’elle soit la plus belle possible : en apprenant aux personnes qui nous entourent le respect sous ses différentes formes.

Les règles, juridiques ou morales, n’ont pas été crées dans le seul but d’embêter la masse, et je trouve affligeant de trouver des êtres humains pourvus de si peu d’intelligence « morale » et de dignité. Je me suis sentie blessée par ces comportements, alors je n’ose imaginer ce que peut ressentir quelqu’un d’encore plus personnellement impliqué. Si vous ne voulez pas visiter un tel endroit, que son histoire vous ennuie, ce n’est pas grave : il suffit de ne pas y aller. Mais laissez les autres honorer, commémorer, et présenter leurs respects sans en polluer le moment.

5 Comments

  • Je suis bien d’accord avec toi, les selfies ça peut être bien (je ne suis pas un adepte non plus, je me sens un peu bête quand je le fait), mais il faut savoir respecter les lieux où l’on se trouve…

    • Bonjour, ravie de voir que mon sentiment est partagé (et pour les selfies, je n’ai jamais compris comment certaines personnes arrivent à être bien dessus….les miens font plus peur qu’autre chose! ) Merci de ton partage.

  • Je trouve cette pratique également choquante dans de tels lieux ! A croire que certains n’ont aucun respect pour ce qui s’est passé, ils en font un moment de « gloire » ou d’égocentrisme et c’est hyper malsain.

  • Salut,
    Pour compléter ton article, tu considères, à juste titre, cette mode aussi futile que passagère comme inappropriée dans certains lieux ou lors de certains événements mais il me semble que le selfie ne représente qu’un aspect du problème; plus globalement c’est le fait de sortir son appareil photo dans certains endroits ou certaines situations qui est indigne, non on ne fait pas de photos dans un mémorial, non on ne fait pas de photos lors d’un enterrement et non on ne fait pas de photos d’une personne décédée qu’on soit proche ou non.
    Le selfie par son aspect narcissique apparaît toujours plus choquant, mais en réalité ce qui est choquant ce n’est pas le type de photo mais plutôt la volonté de vouloir garder un souvenir matériel d’un lieu ou d’événements qui normalement doivent toucher l’âme et le cœur au plus profond et dans ces moments toute photo est superflue.

    • Salut, tout à fait d’accord. En faisant mes petites recherches je suis tombée sur ces fameux selfies d’enterrement, ça donne froid dans le dos. Je ne suis pour autant opposée à toute photographie ou même film, il est important de parler de certaines choses et les photos permettent cela. Parler de l’autre avant de soi et se souvenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *